Aller au contenu principal

Viticulture
Les vins de Loire gardent toujours une belle place en restauration

Le 24e Salon des vins de Loire se tiendra au Parc Expo d’ Angers du 1er au 3 février prochain. Les résultats d’une étude sur les vins en restauration y feront l’objet d’une conférence.

Les vins de Loire confirment leur deuxième place en restauration, derrière ceux du Bordelais.
Les vins de Loire confirment leur deuxième place en restauration, derrière ceux du Bordelais.
© AA

Avant d’ouvrir sa 24e édition, les organisateurs du Salon des vins de Loire ont voulu savoir quelle place et quelle image ont ces vins auprès de la restauration. Une étude a été confiée à Opinion Way, dans le contexte de la baisse de la TVA. Cette mesure, qui ne porte pourtant pas sur les boissons alcoolisées, a amené selon l’étude un restaurateur sur six à baisser le prix de ses vins. L’étude confirme la « très belle représentation des vins de Loire en restauration, tant en volume qu’en valeur ». 60 % des professionnels interrogés déclarent proposer des AOC du Val de Loire à leur carte. La proportion monte à 90 % chez les restaurateurs haut de gamme. En volume comme en valeur, les vins du Val de Loire se placent juste derrière Bordeaux et devant les vins du Languedoc et de la Vallée du Rhône. Les vins de Loire sont même numéro un du marché dans les établissements ayant un ticket moyen entre 20 et 29 euros.
Pourquoi ces vins séduisent-ils tant les restaurateurs ? Ce sont ceux qui s’associent le plus facilement à de nombreux de plats ou de nombreux types de cuisines. Ils remportent aussi la palme du meilleur rapport qualité-prix auprès des professionnels. Enfin, ils semblent le mieux correspondre à une cible de clients jeunes. Au sommet des appellations les plus connues des restaurateurs figure le sancerre, suivi de près par le saumur, le bourgueil, le chinon. L’Anjou se place en 7e position. Partant des résultats de cette étude, les interprofessions ligériennes s’apprêtent à lancer un plan d’action 2010 sur le circuit CHR (cafés hôtels restaurants), avec notamment l’animation de 3 000 restaurants en juin pour le muscadet et tout au long de l’été pour les rosés, ainsi que des actions spécifiques par AOC.
Cette étude fera l’objet d’une présentation détaillée le mardi 2 février, à 11 h, salle Maine.

S.H.
Programme complet sur le net :
www.salondesvinsdeloire.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Régis Baudouin
Face à l’ampleur des dégâts, il veut protéger tout son verger contre le gel
A Villebernier, l'arboriculteur Régis Baudouin estime avoir perdu plus de la moitié de sa production de fruits à cause des gelées…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités