Aller au contenu principal

L’ésa, toujours en mouvement

L’Ecole supérieure d’agricultures d’Angers va ouvrir l’an prochain un nouveau diplôme en “Agroécologie des systèmes alimentaires”, pour renforcer son ouverture à l’international.

René Siret, directeur de l’ésa, en compagnie d’Amélie Gos (à g.), étudiante en 4ème année de cursus ingénieur en productions animales, et de  Noélline Rasoamandrary, ancienne élève de l’école et créatrice de la start-up Vanilla Bridge, hébergée dans l’incubateur ésa, lors de la conférence de rentrée de l’établissement, vendredi 13 septembre.
René Siret, directeur de l’ésa, en compagnie d’Amélie Gos (à g.), étudiante en 4ème année de cursus ingénieur en productions animales, et de Noélline Rasoamandrary, ancienne élève de l’école et créatrice de la start-up Vanilla Bridge, hébergée dans l’incubateur ésa, lors de la conférence de rentrée de l’établissement, vendredi 13 septembre.
© AA

« Nous travaillons toujours sur de nouveaux diplômes, à la fois en réponse aux grands enjeux de l’agriculture comme les transitions agroécologique et énergétique, mais aussi dans la perspective d’internationaliser nos formations », souligne René Siret, directeur général de l’école supérieure d’agricultures d’Angers (ésa). à l’occasion de sa conférence de rentrée, vendredi 13 septembre, l’établissement a ainsi annoncé l’ouverture, en 2020, de la 3ème année de son “Bachelor Agroécologie des systèmes alimentaires”.

Après un Bac +2, par exemple un BTSA, ce diplôme en forme de « passerelle » permettra de préparer l’étudiant à une poursuite d’études en master ou école d’ingénieur. Le cursus s’articulera en 3 temps. Avec d’abord un semestre à Angers, au cours duquel les étudiants conduiront un projet thématique au choix, en groupe, en mobilisant un socle de compétences techniques et ressources pédagogiques (enseignants-chercheurs, bibliographie, e-learning, etc.). Au terme de cette 1ère phase, les élèves devront produire et présenter un “rapport de mission”. Ensuite, ils partiront en séjour d’étude aux Pays-Bas pendant 2 à 3 mois, sur les bancs de l’Université des sciences appliquées d’Aeres. Le bachelor s’achèvera par un stage de 2 à 3 mois en entreprise, en recherche & innovation. L’autre objectif de cette formation, selon l’école, c’est le perfectionnement des jeunes en langue(s), traitement de données et management de projet.

Consacrant cette dynamique d’internationalisation, l’école vient de se voir attribuer le label européen Erasmus Mundus pour son master “Identité alimentaire”. « C’est pour nous une marque d’excellence, et une reconnaissance de la qualité de notre enseignement », apprécie René Siret. Ainsi qu’une source de financement supplémentaire, en particulier pour les bourses et la mobilité des étudiants : 2,8 millions d’euros sur 4 ans.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Valérie, Baptiste et Dominique Lebrun sont associés dans l'entreprise Ek'o save water.
Ek'o économise l'eau sous la douche
Ek'o save water a créé un système de robinetterie qui économise l'eau sous la douche. Les associés ont reçu une médaille d'or et…
Simon et Didier Trovalet, devant le nouveau siège social, en construction à l'entrée de Saint-Augustin des Bois. L'entreprise investit 2 millions d'euros dans sa réorganisation interne.
Prefakit construit
son avenir
Marchés en plein développement, recrutements, et bientôt nouveau siège social. Implantée à Saint-Augustin des Bois depuis 77 ans…
Sébastien Ferrard, du Gaec du Pâtis Candé. Sur cette parcelle sableuse, auparavant en prairie, l'agriculteur a pu semer un maïs à indice 270-300.
Des chantiers décalés par les pluies
Les semis de maïs devraient pouvoir reprendre en fin de semaine. Certains agriculteurs ont pu déjà semer fin avril début mai,…
Christian Suteau conduit un troupeau de 30 Normandes sur une SAU de 65 ha, majoritairement en herbe.
Il achète de la paille, craignant une pénurie à la récolte
Christian Suteau achète tous les ans environ 50 t de paille à un voisin pour compléter la production de son exploitation. Cette…
Au cours de la journée, les six conférences techniques ont rassemblé du public. L'événement a accueilli 1300 visiteurs sur le site de Thorigné-d'Anjou.
1 300 visiteurs à Thorigné d'Anjou
La ferme expérimentale de Thorigné d'Anjou a accueilli 1 300 visiteurs jeudi 16 mai pour une restitution de ses travaux de…
Élections européennes : ne nous laissons pas tenter par l'abstention

A un mois du vote prévu le 9 juin, que dire aux citoyens, et aux agriculteurs en particulier, qui sont…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois