Aller au contenu principal

Sécheresse
L’État traîne des pieds, les éleveurs angevins trinquent

Retard « inacceptable » du ministère à instruire le dossier calamités.

Surprise mercredi 13 octobre, le dossier du Maine-et-Loire n’était pas à l’ordre du jour de la Commission nationale calamités alors que tout semblait calé pour instruire le dossier français. Renseignements pris, le ministère avait bien reçu le dossier transmis dans les temps par la DDT mais n’avait pas jugé bon de l’inscrire à l’ordre du jour sous prétexte que les dossiers des autres départements n’étaient pas prêts.
« Cette situation est scandaleuse car les organisations agricoles du département, FDSEA, JA et Chambre d’agriculture en tête, ont tout mis en œuvre pour que le dossier soit instruit dans les temps afin d’obtenir une reconnaissance calamités au plus vite et pouvoir entamer des démarches pour obtenir un dégrèvement partiel de la TFNB », estime la FDSEA.
Jean-Paul Piet, secrétaire général de la FDSEA est irrité : « Nous avons fait le tour des parcelles sinistrées en août, nous avons tout mis en œuvre pour que le dossier du Maine-et-Loire soit complet pour la commission départementale d’expertise du 30 septembre et aujourd’hui on nous sort un argument qui ne tient pas la route. Ce n’est pas acceptable. Si l’État ne veut plus de dossiers calamités, qu’il l’annonce clairement et n’attende pas que les départements réalisent des dossiers complets nécessitant temps et investissements ».
Cette demande de reconnaissance calamités fait suite à une sécheresse qui touche le département. Les problèmes de fourrage sont énormes et ce dossier pouvait constituer une bouffée d’oxygène, principalement pour les éleveurs. Le ministère annonce un passage en commission début décembre. Quand on connaît ensuite les délais d’instruction d’une telle procédure, autant dire que les éventuels soutiens ne sont pas près d’arriver.


D. Boussiron

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités