Aller au contenu principal

L'Europe en manque de légumes après les intempéries en Espagne

© AA

Les inhabituelles intempéries hivernales dans le sud-est de l'Espagne, potager de l'Europe, ont fait chuter la production, perturbant l'approvisionnement du reste du continent. Des pluies diluviennes fin décembre, puis une vague de froid accompagnée de chutes de neige en janvier, ont frappé de plein fouet ces régions, qui exportent les trois-quarts de leurs production vers le reste de l'Europe. Résultat: la production espagnole a chuté de 30 % tout comme le volume des exportations, selon les estimations de la Fédération des exportateurs Fepex.

Le premier syndicat agricole Coag chiffre à 50 % la baisse dans les régions les plus touchées.Les salades, iceberg, romaines ou scaroles, déjà fragilisées par une sécheresse à l'automne, sont très touchées. Certains cultivateurs de laitue «ont perdu l'intégralité de leur production», explique Andres Gongora, responsable pour l'Almérie du Coag. La production d'artichauts est en baisse d'un quart. Sous les serres de la région, la perte n'est que de 10 % mais la croissance des végétaux survivants a fortement ralenti. L'Espagne est toute l'année le premier fournisseur de fruits et de légumes de l'Union européenne, apportant 30 % de l'approvisionnement. Mais en hiver, cette proportion grimpe à 50%, selon Fepex. L'Espagne fournit même 80 % des laitues d'Europe en cette saison, le reste provenant principalement d'Italie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois