Aller au contenu principal

L’expérience du SR avant l’installation

Tout juste sorti d’un CS lait, Lilian Poivrel s’est engagé comme salarié au service de remplacement du saumurois, avant d’envisager d’ici quelques années une installation.

Lilian Poivrel a toujours souhaité s’installer en agriculture.
Lilian Poivrel a toujours souhaité s’installer en agriculture.
© AA

A 21 ans, Lilian Poivrel a une idée très claire de ce qu’il veut faire plus tard : s’installer en production laitière. « C’est ce que je veux faire depuis toujours en fait », explique-t-il. Pourtant non issu du milieu agricole, Lilian explique avoir eu le déclic « en stage découverte des métiers au collège en classe de 3e. Je l’ai fait dans une exploitation laitière, et c’est ça qui a tout déclenché ». Un choix jugé au départ « un peu fou » par sa famille, qui a néanmoins dû se rendre à l’évidence face à la motivation affichée par le jeune homme. « Aujourd’hui, tout le monde m’encourage dans cette voie », confie-t-il avec fierté. Un bac STAV à Pouillé et un BTS Acse à Derval en poche, Lilian a souhaité poursuivre avec un CS lait réalisé en apprentissage aux Trinottières, pour enrichir ses « connaissances techniques sur la production ». C’est d’ailleurs sur l’exploitation de son maître d’apprentissage, à Vivy, « quelqu’un de très pédagogue », qui lui a « beaucoup apporté », qu’il envisage de s’installer d’ici quelques années, « dans 3 ou 4 ans ».


Le SR en attendant
Pas prêt à franchir le cap tout de suite, Lilian Poivrel vient de s’engager comme salarié du service de remplacement sur le secteur du saumurois. Une manière pour lui de mettre le pied à l’étrier, d’acquérir de l’expérience, « et de voir différents systèmes en fonctionnement ». Parmi les choses qui le font le plus s’interroger : la gestion des systèmes fourragers. « Beaucoup d’éleveurs tentent des choses pour sortir un peu du système maïs et être plus autonomes », explique-t-il « Tout ça bouge en ce moment, mais ce n’est pas si simple à cause de l’évolution du climat ». Lucide sur les réalités de la filière, le jeune homme espère donc profiter de son passage au SR pour bénéficier de l’expérience des éleveurs qu’il sera amené à remplacer, et ainsi se préparer à faire face à son tour à cet enjeu majeur pour la production laitière qu’est la gestion fourragère et agronomique. Positif, il l’est, fort heureusement à son âge ! « Malgré les critiques qu’on peut entendre partout, c’est sûr qu’il y a de l’avenir dans ce métier ! ». Tout le mal qu’on souhaite à Lilian, est de pouvoir y faire sa place un jour !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités