Aller au contenu principal

Commercialisation
Lien direct entre la production et la grande distribution

Des associations de producteurs, avec TLC, livrent leurs productions directement à des grandes surfaces.

Soixante associations locales d'agriculteurs commercialisent leurs productions auprès d'une centaine de magasins Leclerc. À l'origine de ces relations de proximité, l'entreprise TLC, située à Châteauneuf-sur-Sarthe dont le PDG, Jacky Thomas, a développé l'idée dans toute la France après un premier partenariat avec l'enseigne de Pornic. L'idée est simple : mettre en relation des producteurs et le magasin pour valoriser les productions locales par le biais d'ani-mations ponctuelles (deux à trois par an) et l'approvisionnement régulier dans les rayons.

Une soixantaine de producteurs
L'association Produits du coin, présidée par Jean-Noël Rochard, producteur de légumes à La Poitevinière, a été créée en 2008, lors de l'ouverture du magasin de Chemillé. Une soixantaine de producteurs en fait partie. Pour le maraîcher, cette relation en direct avec une grande surface a permis au Gaec d'accroître les volumes, d'embaucher un salarié, d'acquérir du matériel plus performant. Il livre trois fois par semaine et se met d'accord avec le chef de rayon sur les prix. L'entreprise TLC s'occupe de la partie administrative, des documents de promotion et de communication, de la recherche de nouveaux débouchés, moyennant quoi chaque producteur verse une commission de 1,5 % sur le chiffre d'affaires HT. Le magasin en fait autant.
Parmi les réflexions de TLC, un projet de commercialisation de lait UHT enrichi aux oméga 3 avec cinq producteurs de lait de Loire-Atlantique. Un outil de transformation d'une capacité de 10 millions de litres de lait (et quinze millions à terme) est à l'étude pour accueillir les 3 millions de litres des cinq producteurs intéressés, "mais aussi pour de la prestation de services", indique Nicolas Childebrand, chargé de mission et l'un des seize ingénieurs agronomes de la structure. Pour qu'il aboutisse et qu'une contractualisation voie le jour, "l'implication de l'aval est indispensable", poursuit le chargé de mission. "Ensuite, cela peut aller très vite".

M. L.-R.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités