Aller au contenu principal

Chèvres
L’Union caprine 49 lancée à Cossé d’Anjou

L’association travaille sur l’installation et la communication.

Vincent Bouet, Raphaël Brunet et François Poirier.
Vincent Bouet, Raphaël Brunet et François Poirier.
© L'anjou agricole

 

«Etre acteur de notre filière ». C’est la devise de l’Union caprine 49, dont la première assemblée générale s’est tenue mercredi 25 juin, chez Vincent Bouet à Cossé d’Anjou. Dans un département neuf en production caprine, tout proche du grand bassin de Poitou-Charentes, les éleveurs caprins ont décidé de se regrouper pour « participer au développement durable de leur production ». Le Maine-et-Loire compte actuellement 150 éleveurs caprins, pour un volume annuel d’environ 20 millions de litres de lait et dispose d’une très bonne génétique. L’UC 49, créée le 
6 décembre dernier, se veut « l’interlocuteur de tous les éleveurs caprins, qu’ils soient livreurs, fromagers fermiers ou engraisseurs de chevreaux ». L’Union caprine se positionne principalement sur des dossiers techniques (identification, FCO, équarrissage…) mais souhaite aussi faire entendre sa voix dans débats régionaux  ou nationaux sur le prix du lait, les programmes de recherche…  Elle travaille donc en étroite collaboration avec les organisations professionnelles du département, comme l’explique son président Raphaël Brunet, producteur à Saint-Hilaire-du-Bois : « Une convention va être prochainement établie entre l’Union caprine, la Chambre d’agriculture et la FDSEA, afin de bien répartir les actions techniques et syndicales. L’UC tient à  rester autonome, maître de ses décisions et de ses communications, tout en s’entourant de divers partenaires ».
L’Union caprine souhaite aussi que des représentants ligériens de la filière participent à l’interprofession caprine nationale, l’Anicap. « Les Pays de la Loire n’ont pour l’instant aucun représentant à l’interprofession, ni à l’Anicap, ni au Brilac, l’interprofession Poitou-Charentes, souligne Raphaël Brunet. Nous souhaiterions être présents dans ces instances. »  L’UC adhère par ailleurs à la Fnec et elle travaillera sur des dossiers spécifiques, tels la valorisation des chevreaux de boucherie, en partenariat avec la Freysica. 

Accompagner l’installation
L’Union caprine veut s’investir sur l’installation. Un projet d’accompagnement des jeunes par les membres de l’association est en cours : il se concrétisera par un engagement de chacun à être maître d’apprentissage ou de stage, à intervenir dans les écoles… L’UC 49 veut également faire valoir auprès de la CDOA (Commission départementale d’orientation agricole) des préoccupations spécifiques, comme par exemple « le principe d’un minimum de foncier pour l’installation. »
Autre grande mission  : la communication. Pour favoriser l’échange et la diffusion d’informations auprès des producteurs, une Maison des chevriers a été créée à la Chambre d’agriculture d’Angers et une publication est lancée, l’Echo des chevriers, dont le premier numéro est sorti en juin. Quatre parutions sont prévues par an. Pour sa communication, l’Union caprine va s’appuyer aussi sur la dynamique enclenchée par les contrôles laitiers de Vienne, Indre-et-Loire, Indre et Maine-et-Loire, qui ont mis récemment leurs moyens en commun au sein d’une association, Cap Avenir. Quant à la communication grand public, une valise pédagogique au service des producteurs est déjà réalisée dans le département. L’UC 49 sera présent lors de Eau fête et du Festival de Chemillé, en septembre. 
S.H. 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités