Aller au contenu principal

Machinisme : engouement pour les tracteurs électriques...

Un tracteur électrique conçu par des universitaires et des viticulteurs a été présenté cette semaine dans le cadre du Sitevi

Les concepteurs cherchent maintenant un industriel pour construire ce type de modèle en série. ' Nous avons voulu montrer que réaliser un tracteur électrique est possible ', a commenté Mathieu Chatain, président de la Fédération gardoise des Vignerons Indépendants.
Les concepteurs cherchent maintenant un industriel pour construire ce type de modèle en série. ' Nous avons voulu montrer que réaliser un tracteur électrique est possible ', a commenté Mathieu Chatain, président de la Fédération gardoise des Vignerons Indépendants.
© Sitevi

 

La Fédération gardoise des vignerons indépendants a présenté un tracteur électrique conçu par des universitaires et des viticulteurs, le 28 novembre au Sitevi (salon des techniques de la vigne et du vin). Sa conception est le fruit d'un travail commun de l’IUT de Nîmes, de l’École des Mines-Télécom d’Alès et de l’Association interprofessionnelle Sudvinbio.

' L'avantage de ce tracteur de démonstration (l'étape précédant le prototype) est qu'il est silencieux, sans vibrations, sans système hydraulique ni moteur thermique (donc avec une maintenance beaucoup plus simple) ', a expliqué Daniel Matt, professeur à l'université de Montpellier et chercheur à l'institut d'électronique et des systèmes. ' Alors qu'un tracteur thermique consomme environ 100 000 euros en carburant durant sa vie, un tracteur électrique consomme pour environ 20 000 euros en électricité ', a ajouté Daniel Matt.


2017 : le tracteur électrique a le vent en poupe
On se souvient cette année du Sesam, présenté par John Deere au Sima comme premier tracteur de « forte puissance », entièrement propulsé par un moteur électrique. L’entreprise promet que toutes les tâches qu’un tracteur traditionnel effectue peuvent être réalisées par cet engin d’un genre nouveau. L’appareil est en effet équipé de deux moteurs : l’un est dédié à la traction et l’autre au bras qui porte les charges. Les deux moteurs peuvent s’associer pour amplifier la puissance attribuée à l’une des tâches au détriment de l’autre.

 

 

La robotique agricole, un marché en plein essor
Les robots dans les champs, cela est devenu une réalité. C'est ce qui ressort du forum international de la robotique agricole (Fira) qui s'est déroulé les 29 et 30 novembre à Toulouse. Les robots agricoles permettent de résoudre des problématiques qui se posent à l'agriculture : moindre compaction des sols grâce aux engins légers, moindre pénibilité du travail, meilleure efficience énergétique, moindre usage aux produits chimiques, et moindre besoin de faire appel à une main d'œuvre saisonnière de plus en plus difficile à recruter. D'où un marché en plein essor. ' D'un chiffre d'affaires de 1,2 M€ en 2017, nous visons 3 M€ en 2018 avec un développement aux Etats-Unis et au Japon ', souligne Gaëtan Séverac, co-fondateur de Naïo Technologies. Après une période de R&D, de nombreux projets arrivent sur le marché ou sont sur le point d'être commercialisés en maraîchage mais aussi en vigne, en grandes cultures ou encore en élevage avicole, des robots qui ont été conçus en partant des besoins des agriculteurs.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois