Aller au contenu principal

le billet de Raphaël Brunet*
Maîtrise de la production : une décision interprofessionnelle

Raphaël Brunet,
Raphaël Brunet,
© Anjou agricole
Il m’est arrivé au cours de l’été d’avoir de sérieuses discussions avec mes collègues, éleveurs de chèvres sur la stratégie de notre chère filière. Nous le savons, nous sommes dans une économie de marché, ce qui veut dire que l’offre et la demande régissent les rapports entre acheteurs et vendeurs. Lorsque l’offre est abondante, le prix a tendance à baisser et inversement. Dans notre belle filière, nous sommes actuellement en surproduction, ce qui rend difficiles les rapports entre nos entreprises et les grandes surfaces. Pour rester en rayon et écouler les stocks, la spirale baissière est en route. La plupart des responsables professionnels, moi le premier, proposent d’appliquer de vraies références gérées par l’interprofession. Face à cette proposition, certains s’insurgent, effarouchés par cette volonté d’appropriation de la stratégie de la filière par l’ensemble des acteurs. À votre avis, vaut-il mieux avoir une baisse de 5 % du prix du lait ou une baisse de 5 % de la production décidée en interprofession ? Il ne faut pas se leurrer. Si rien n’est fait pour limiter la surproduction de façon collective et interprofessionnelle, une baisse du prix du lait sera bientôt proposée par les industriels (l’accord cellules en est la concrétisation). Une baisse de 5 % du prix est aussitôt redonnée à la grande distribution sans amélioration de la santé financière des entreprises et encore moins de retour dans la poche de l’éleveur. A contrario, une limitation temporaire de la production convenue en interprofession n’a pas le même impact sur notre revenu. Si vous savez que vous aurez moins de lait à produire, vous réformerez la chèvre improductive et vous serez plus autonome au niveau alimentaire. Beaucoup de nos charges s’imputent au litre de lait, elles diminueront avec le litrage. Une baisse du prix du litre n’a pas d’effet sur les charges : son impact est direct sur le revenu. Ainsi, des producteurs de lait de chèvre ont jeté leur lait car ils étaient en dépassement. Nos producteurs sont plus responsables que les industriels. Au risque de me répéter, ayons l’intelligence de croire en notre filière en exigeant que l’interprofession joue pleinement son rôle de régulateur. Fin mai, seul le prix du fromage de chèvre n’avait pas connu d’augmentation depuis le printemps 2010 contrairement à tous les autres fromages. Ne laissons pas notre marché de niche devenir un marché de masse qui ne rémunère pas convenablement le producteur.
* Administrateur de la FNEC (Fédération nationale des éleveurs de chèvres).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités