Aller au contenu principal

Coopérative
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La branche volailles du groupe, Galliance, est lourdement impactée par cette crise sanitaire. 880 éleveurs adhérents ont été touchés par l’influenza aviaire. « 15 millions d’euros ont été mobilisés par la coopérative pour soulager la trésorerie de ses éleveurs », note Olivier Chaillou, président de Terrena. Après un mois de vide sanitaire, l’outil d’abattage de Galliance tourne au ralenti : seulement 1 jour par semaine. « Nous avons mis en place du chômage technique. Nos 1 600 salariés sont en activité partielle de longue durée. Et 450 intérimaires restent chez eux...», explique Arnaud Poupart-Lafargen, directeur général de Galliance. Résultat : « nous avons arrêté la moitié de nos références. Les relations avec nos clients sont tendues. Nous avons peu de matières à leur proposer. » Du côté des producteurs, les premiers poussins devraient être mis en place dès la semaine prochaine. « Ce qui signifie que nous aurons à nouveau des volailles à abattre dans 6 semaines minimum...» Mais à cette crise sanitaire, « s’ajoute une flambée des prix depuis 18 mois qui a explosé avec la guerre en Ukraine », note Dominique Grasset, président de Galliance. « Nous avons beaucoup de difficultés à faire passer des hausses de prix auprès de la grande distribution », regrette le directeur général, conscient que Galliance ne sortira pas indemne de cette crise. « Malgré tout, nous restons confiants sur le long terme sur le métier de la volaille. Nous avons de belles opportunités de développement en part de marché. » La preuve en est avec le nouvel abattoir d’Ancenis, d’un montant de 43 M€. Sa mise en service est prévue pour le deuxième semestre 2022. Cet outil à la pointe de la technologie répond à une volonté de monter en gamme, puisqu’il sera spécialisé dans les productions bio, Label rouge et “La Nouvelle agriculture”. Galliance a aussi investi dans la modernisation des installations de découpe et conditionnement du site de Nueil-les-Aubiers (79) - « un abattoir qui sera par la suite dédié aux grandes séries » - et sur une nouvelle ligne de production de produits élaborés au Bignon (44).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois