Aller au contenu principal

CAPRINS
Manifestation caprine le 13 décembre à Surgères

L’Union caprine invite les éleveurs à se joindre à la manifestation nationale.

© AA
Une manifestation regroupant tous les syndicats caprins, à l’appel de la Fnec (Fédération nationale des éleveurs de chèvres) aura lieu le 13 décembre à 11 heures, au siège de l’Association centrale des laiteries coopératives à Surgères. Les éleveurs du Maine-et-Loire seront associés à leur collègues chevriers afin d’éviter la baisse du prix du lait.
La crise du lait de chèvre ca-ractérisée par des surstocks importants et une guerre commerciale livrée entre les principales entreprises dure depuis deux ans. Les producteurs de lait de chèvre sont très inquiets des menaces qui pèsent aujourd’hui sur le prix du lait. Avec la pression des surstocks qui existe dans toutes les entreprises, une baisse du prix du lait de chèvre dans une entreprise aura un effet domino immédiat sur toutes les autres entreprises.
Il est impératif d’éviter toute baisse du prix du lait payé au producteur. Sinon, c’est toute la filière caprine qui sera entraînée dans une nouvelle spirale de dévalorisation entraînant la disparition de plus de 25 % des producteurs. 
En effet, les éleveurs de chèvres ne sont plus en mesure de supporter les conséquences de la baisse de valorisation des produits :
- Les éleveurs ont été mis en difficulté par les précédentes baisses du prix du lait (autour de 50 € depuis le début de la crise) qui n’ont pas eu d’effet sur le marché.
- La nouvelle grille de paiement du lait à la qualité prévoit des pénalités renforcées allant jusqu’à 90 €/1 000 l pour certains éleveurs.
- En 2011, la sécheresse a touché de plein fouet les éleveurs caprins et les coûts de production sont repartis à la hausse : + 100 à 140 €/1 000 l, laissant présager de revenus 2011 en forte baisse par rapport à 2010 (30 à 60 % de baisse de revenu selon le système d’élevage).
Les éleveurs de chèvres veulent le maintien du prix du lait dans un contexte déjà très défavorable de hausse des coûts de production et la préservation de la valorisation de leurs produits en évitant tout bradage et toute guerre commerciale.
Francois Poirier président UC-49
Raphael Brunet administrateur FNEC
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités