Aller au contenu principal

Meilleurs vœux à toutes et à tous pour 2010

Interview de Jean-François Cesbron Président de la Chambre d’agriculture.

Jean-François Cesbron Président de la Chambre d’agriculture.
Jean-François Cesbron Président de la Chambre d’agriculture.
© AA

Quels sont vos souhaits pour la nouvelle année ?
Jean-François Cesbron :

Je souhaite présenter mes vœux à chacune et chacun d’entre vous. Cette année, nous vivons dans des conditions très particulières. On traverse un certain nombre de crises. Je souhaite tout d’abord la santé pour tous et que l’on retrouve un peu de sérénité et d’espoir dans toutes ces difficultés qui se vivent ici ou là. Je pense que nous avons besoin entre nous de beaucoup de compréhension, de discussion pour mieux appréhender les difficultés, à l’intérieur des corps sociaux mais aussi entre les différents maillons qui composent cette société. Ce serait un grand plus pour cette année 2010.

Qu’espérez-vous pour la production agricole ?
Je souhaiterais qu’après les grandes crises que nous sommes en train de vivre, que nous avons vécues en 2009, demain nous trouvions les moyens de faire en sorte qu’il ne soit plus question de telles crises. J’aimerais que les hommes et les femmes soient capables de mettre en œuvre les solutions afin qu’elles n’existent plus demain. C’est un travail de tous les jours, cela ne se fera pas d’un coup de baguette magique, mais si tout le monde s’y met dans la sérénité, en se respectant les uns les autres, tout est possible.

Y-a-t-il que dans la production agricole que les difficultés ont été très grandes en 2009 ?
La crise est très générale. Des difficultés existent dans la production agricole et dans d’autres secteurs de l’économie. On aurait intérêt à s’ouvrir, à partager, à comprendre ce qui se passe à l’extérieur mais aussi à expliquer parfois les détresses comme les espoirs que nous vivons dans la profession. Les agriculteurs ont intérêt à s’ouvrir aux situations connues dans le monde des salariés, des ouvriers. Le taux de chômage augmente, les fins de mois sont parfois difficiles, il y a des familles qui ont du mal à honorer tous leurs engagements financiers. D’où la nécessité, plus que jamais, d’une solidarité entre les générations et les professions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités