Aller au contenu principal

Mélanger, distribuer et pailler avec le même outil

Xavier Hardouin, éleveur à Seiches-sur-le-Loir, vient de faire l'acquisition d'une désileuse mélangeuse afin de gagner en polyvalence et en temps de travail.

Xavier Hardouin est le détenteur d'un Spirmix Jet 220, acheté 50 000 EUR il y a deux semaines.
Xavier Hardouin est le détenteur d'un Spirmix Jet 220, acheté 50 000 EUR il y a deux semaines.
© AA

Salarié sur le Gaec de Prignes, à Seiches-sur-le-Loir, à partir de 2005, puis associé depuis 2009, Xavier Hardouin a pu constater l'évolution de l'agriculture. « Il faut produire plus pour dégager le même revenu. Alors on n'a pas le choix, il faut se moderniser ». Auparavant, le Gaec de Prignes était composé de 4 associés. Aujourd'hui, ils ne sont plus que deux, avec un salarié. « En 2005, on était 4, sur 160 ha, pour 450 000 litres de lait. Là, on a 210 ha, on fait deux fois plus de lait mais on est que deux. Il fallait investir dans un outil pour nous dégager du temps ». Ainsi, Xavier Hardouin et son épouse, les deux associés du Gaec, ont investi dans une mélangeuse pailleuse, une Lucas Spirmix Jet de 22 m3, achetée chez son concessionnaire Claas.


Un outil polyvalent, du débit de chantier
Arrivé sur l'exploitation il y a deux semaines, l'outil vient remplacer deux machines. « Avant on avait une mélangeuse et une pailleuse, et la contenance n'était que de 10 m3. Aujourd'hui, on a tout avec le même outil, et les 22 m3 nous permettent de faire un seul passage », détaille l'éleveur. Un gain de temps énorme pour ces exploitants qui produisent 1 million de litres de lait, ont un atelier de charolaises et de porcs engraissement. Le lait part à la laiterie Tessier. « On recherchait la polyvalence et le débit de chantier ». Avec cet outil, qui représente un investissement de 50 000 EUR, ils sont servis. Auparavant, pailler et nourrir demandait environ 3 heures à Xavier Hardouin. Aujourd'hui, il n'en met plus qu'une.  à noter que les vaches laitières sont paillées à la désileuse pailleuse, pour une meilleure qualité. « Avec les couteaux et la projection du Spirmix, la paille est un peu moins bonne », explique l'éleveur. Mais grâce à ce système, plus besoin de rentrer dans les stabulations où les vaches ne peuvent être attachées aux cornadis. Un confort supplémentaire pour l'éleveur, qui s'est doté d'un aimant, afin de prévenir toute présence d'objets métalliques pouvant blesser les animaux.
Garanti 1 an, le Spirmix Jet 220 sera amorti dans 7 ans, et ne demande que peu d'entretien. « Quelques pièces à graisser, une vidange par an, et les couteaux à remplacer au bout de quelques années », liste l'éleveur. Lors de son achat, ce dernier a été particulièrement vigilant sur les dimensions de la mélangeuse. « J'ai des bâtiments assez bas, c'est pour cela que la Lucas était parfaite. Elle est plus basse que les autres modèles, mais plus large ». Pas un souci pour l'éleveur, qui s'est tout de même équipé de la caméra de recul pour piloter la bête, qui pèse 9 tonnes à vide, 17 tonnes à plein. Autant dire qu'il faut « au moins 100 chevaux pour la tirer et bien la faire tourner ». La gamme Spirmix est étoffée afin de couvrir tous les besoins des éleveurs, avec des modèles allant de 8 à 46 m3. Le Spirmix Jet possède deux vis de mélange, 6 couteaux, une goulotte latérale droite de paillage/distribution, un boitier bi-vitesse, un boitier de pesage, 2 contre couteaux manuels et une béquille hydraulique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Christiane Lambert, jeudi 14 mars, à Angers.
Christiane Lambert, officier de la légion d'honneur
Jeudi 14 mars, à l'ESA, Christiane Lambert a reçu la médaille d'officier de la légion d'honneur des mains de Luc Guyau, sous le…
Les agriculteurs dénoncent les promesses du gouvernement non tenues, le manque de solutions à court terme pour leurs trésoreries en difficultés mais aussi de solutions à long terme pour éviter que ce scénario ne se répète à chaque début de programmation.
Promesses non tenues et manque de solutions concrètes 

Le 20 mars 2024, les représentants FRSEA et JA des commissions agriculture biologique et environnement ont rencontré la DRAAF…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois