Aller au contenu principal

Élevage
Mobilisation contre la FCO : : désinsectiser à la mise à l’herbe

Les organismes agricoles incitent les éleveurs à traiter les animaux sensibles avec un insecticide dans l’attente de l’arrivée d’un vaccin prévue en juin 2008 en Maine-et-Loire.

Signes cliniques sur un mouton : forte fièvre, naseaux et mufle ulcérés, croûtés par la suite, animal sans forces.
Signes cliniques sur un mouton : forte fièvre, naseaux et mufle ulcérés, croûtés par la suite, animal sans forces.
© AA

La prévention contre la FCO doit être mise en place sans attendre. Cette maladie est transmise par un insecte piqueur, un moucheron appelé “culicoïdes”. Elle peut occasionner des signes cliniques forts (voir sur les photos), des pertes de productions, des mortalités, des problèmes de fertilité, de fécondité, des avortements. Le Maine-et-Loire a connu cinq cas depuis le mois de septembre 2007, mais plus de 18 500 ont été recensés en France (et 60 000 en Europe). Il faut donc agir, tenter d’éviter ce que le nord est de la France a connu en 2007. L’objectif est d’empêcher une atteinte grave de FCO, dans l’attente de l’arrivée du vaccin prévue en juin 2008 en Maine-et-Loire. Pour cela, le traitement des animaux sensibles (ovins, bovins, caprins) avec un produit insecticide ayant une AMM (Autorisation de mise sur le marché) est à mettre en place dès la mise à l’herbe.

Choisir les bons produits
Le choix des produits, à la fois répulsifs et insecticides, est à discuter avec sone vétérinaire. Des études récentes montrent que deux produits ont une activité avérée contre les culicoïdes : le Butox 7,5 pour-on, à verser sur la ligne du dos (écarter la laine chez les ovins pour un bon contact du produit avec la peau), à renouveler toutes les quatre semaines pour une bonne efficacité, le Flectron, en boucle auriculaire, pour une durée de protection de quatre mois. Pour limiter le nombre d’insectes vecteurs, la lutte dans les bâtiments d’élevage est indispensable en complément, en utilisant : - en cette saison des produits larvicides - des désinsectiseurs électriques à lampe ultra violet. Le nettoyage des bâtiments et des abords est une bonne précaution (auges, abreuvoirs, nourrisseurs, pourtour de tout lieu humide, dont l’intérieur des pneus utilisés sur les tas d’ensilage, résidus d’ensilages de maïs).

Les organismes agricoles du groupe FCO départemental*

 

* Pascal Gallard, Comité départemental de l’élevage 49, Jean-Claude Coste, GDS Maine-et-Loire, Dominique Davy, Bovicap conseils, Jean-Robert Gachet, Genoe, Christiane Lambert, FDSEA, Jérôme Delêtre, Jeunes agriculteurs, François Ballerie, GTV.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Protéger les tournesols des oiseaux
Le Gaec de la Coudre utilise depuis 3 ans un canon Tonnfort 5 sur ses parcelles de tournesols. Le but : lutter contre les…
Le chantier de l’unité Doué-Métha enfin sur les rails
Dix ans après le début du projet, le chantier de l’unité de méthanisation collective du Douessin a démarré à Concourson-sur-Layon…
Roulage avant semis de maïs dans la luzerne
A Pruillé (Longuenée-en-Anjou), Samuel Aubert cherche à concilier agriculture biologique avec agriculture de conservation des…
Une météo idéale pour les semis
Le Gaec du Thouet a commencé les semis de maïs depuis la semaine dernière. A Bouzillé, depuis 2 ans, l’exploitation en…
Cultures : la pluie se fait attendre...
Le déficit hydrique commence à inquiéter les agriculteurs du Maine-et-Loire.
Influenza : organiser le repeuplement
Le Cravi a tenu une réunion vendredi 6 mai à Angers en présence de la Draaf. Le début du repeuplement est programmé pour début…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois