Aller au contenu principal

Bovins
Mobilisation des éleveurs de viande bovine à partir du lundi 17 novembre

Toutes les FD/FNSEA des Pays de la Loire ont décidé de suivre le mot d’ordre d’action syndicale lancé par la FNB.

Les éleveurs avaient déjà bloqué des abattoirs, au Lion-d’Angers 
et à Cholet, le 5 mars dernier.
Les éleveurs avaient déjà bloqué des abattoirs, au Lion-d’Angers
et à Cholet, le 5 mars dernier.
© AA

Les grands abattoirs de la région Pays de la Loire seront bloqués par les éleveurs à compter de lundi matin 17 novembre. Guy Hermouet, président de la section viande bovine de la FRSEA ne décolère pas : « Nous sommes en désaccord profond avec les abattoirs sur deux sujets : la question de la pesée- classement-présentation des carcasses et le prix payé aux producteurs. Nous nous sommes battus pendant des années pour obtenir des machines à classer dans tous les abattoirs afin d’avoir une pesée et un classement des carcasses fiables. Des objectifs non discutables ». Le responsable dénonce les agissements des abattoirs. L’Office de l’élevage leur a envoyé 180 courriers de rappel à la réglementation. Une vingtaine de procès verbaux ont été dressés par les services des fraudes. Machines “débranchées”, ici, un abattoir rectifie le classement machine (en diminuant la catégorie, bien entendu), ailleurs encore, on ne diffuse pas toutes les informations de classement de l’abattoir, alors que c’est strictement obligatoire ». Il rappelle que les éleveurs ont payé 50 % des machines à classer. « Ce n’est pas pour qu’elles restent dans les cartons. Et quand, dans le même temps, certains abattoirs appliquent unilatéralement une pénalité de 100 € pour les animaux très sales, alors que cela n’a fait l’objet d’aucun accord interprofessionnel, on ne peut plus tolérer ces manquements. Les règles doivent être les mêmes partout. »

Les prix payés au producteur devraient être supérieurs
Les éleveurs se mobiliseront aussi pour que le prix de vente des animaux soit plus élevé : « Nos coûts de production ont augmenté de 50 à 70 cts d’€/kg de carcasse, explique Guy Hermouet, à cause de l’augmentation du coût de l’énergie et de l’alimentation. Nos revenus ne cessent de se dégrader depuis 2006. Alors que dans le même temps, les importations en provenance de l’Amérique du Sud ont fortement baissé et que les abattages ont également baissé au sein de l’Union européenne. Tous les clignotants devraient donc permettre aux abatteurs de payer plus cher nos animaux. Et pourtant, semaine après semaine, ce ne sont que des baisses. Nous ne pouvons plus supporter cela. Il faut que la filière se ressaisisse. » Tous les éleveurs de viande bovine sont donc appelés à se mobiliser à partir de lundi matin pour bloquer les grands abattoirs de la région des Pays de la Loire. Les consignes, lieux d’action, horaires… sont disponibles auprès des FDSEA/FNSEA de la région et auprès des responsables viande cantonaux et départementaux.

Jean-Paul GOUTINES

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités