Aller au contenu principal

Montrer la réalité d’un élevage porcin

Olivier Becht, député du Haut-Rhin et président du groupe Agir Ensemble à l’Assemblée, s’est rendu sur l’exploitation porcine de Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, mercredi 19 août à Bouillé-Ménard. La rencontre a principalement porté sur l’agribashing.

Devant le dernier bâtiment d’élevage construit. De gauche à droite : Thierry Lambert ; Emmanuel Lachaize, président de la FDSEA ; Christiane Lambert ; Olivier Becht, député du Haut-Rhin ; Emmanuel Capus, sénateur de Maine-et-Loire ; Clément Traineau, secrétaire général JA49 ; François Beaupère, président de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire.
Devant le dernier bâtiment d’élevage construit. De gauche à droite : Thierry Lambert ; Emmanuel Lachaize, président de la FDSEA ; Christiane Lambert ; Olivier Becht, député du Haut-Rhin ; Emmanuel Capus, sénateur de Maine-et-Loire ; Clément Traineau, secrétaire général JA49 ; François Beaupère, président de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire.
© AA

C’est la déclaration d’un député du Finistère, qui a été l’élément déclencheur de cette visite. Lorsque Jean-Charles Larsonneur, député du groupe Agir Ensemble, a comparé l’élevage porcin à  un « holocauste quotidien », mi-juillet sur Facebook, les éleveurs de la FDSEA et JA ont immédiatement condamné ces propos. Le député de Brest soutient aussi le projet de Référendum d’initiative partagée (RIP) “pour les animaux”  lancé par le journaliste Hugo Clément et des chefs d’entreprises français. Dans ce contexte, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, a contacté Olivier Becht, le leader du groupe Agir Ensemble à l’Assemblée, qui s’est montré prêt à dialoguer et curieux d’en savoir plus sur les modes d’élevage. Il s’est rendu sur son exploitation de Bouillé-Ménard, mardi matin. « Les propos de M. Larsonneur ont blessé les éleveurs », a déclaré Christiane Lambert, qui a accompagné l’élu dans tous ses bâtiments. Le dernier investissement, un bâtiment post-sevrage/engraissement, a largement amélioré les conditions d’élevage des animaux et le confort de travail des éleveurs et salariés. Les exploitants ont mis aussi en avant le lien au sol : aliment fermier fabriqué à la ferme, amendements organiques produits par l’élevage, porc sur paille...
La visite a permis d’aborder la question des intrusions dans les élevages, dont plusieurs exploitations angevines ont été victimes récemment. Le sentiment d’impunité domine, et les agriculteurs souhaitent faire évoluer la loi  :  «  si les auteurs de ces actes ne sont pas sanctionnés, on risque d’arriver sur un drame », craint Emmanuel Lachaize, président de la FDSEA. Olivier Becht s’est dit conscient de l’urgence de faire « respecter la propriété privée ». A plus long terme, l’élu compte aussi sur « l’éducation et la pédagogie » pour mettre fin aux comportement délictueux. Seront-elles suffisantes face à la force de frappe des réseaux sociaux ?
S.H.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités