Aller au contenu principal

Élevage
Motivés et enthousiastes, les jeunes préparent le Festival de l’Élevage

Une soixantaine d’élèves en formation agricole vont s’occuper des animaux pendant le Festival de Chemillé.

Les Bepa 1 de l’Iréo de Beaupréau ont visité l’exploitation de Joseph Lambert, à Bégrolles-en-Mauges, avant de se rendre chez Alain Rousselot, à La Chapelle-du-Genêt.
Les Bepa 1 de l’Iréo de Beaupréau ont visité l’exploitation de Joseph Lambert, à Bégrolles-en-Mauges, avant de se rendre chez Alain Rousselot, à La Chapelle-du-Genêt.
© Anjou agricole
Ils sont un des rouages essentiels du Festival de l’élevage. Dès l’aube, ils seront auprès des éleveurs dans les stalles pour traire, soigner, nettoyer, lustrer le poil des quelque 500 animaux en compétition avant leur passage sous les lumières des rings. Une soixantaine d’élèves en formation agricole, à l’Institut rural des Mauges de Beaupréau, au Cctar de Jallais et à Agritec seront cette année encore la cheville ouvrière du festival qui se déroulera le week-end du 7 au 9 septembre au nouveau théâtre-foirail de Chemillé. Vendredi dernier, la classe de Bépa1 de l’Iréo a rencontré plusieurs responsables de l’organisation de la manifestation, avant de visiter l’exploitation laitière de Joseph Lambert, président de l’association des éleveurs de Normandes 49, puis celle d’Alain Rousselot, éleveur de blondes d’Aquitaine. « Le festival, c’est un échange entre jeunes et éleveurs, ont expliqué les organisateurs. À vous de vous impliquer, de rentrer dans la manifestation ». Outre les soins aux bêtes, les élèves sont invités à participer au concours du jugement de bétail, et peut-être se qualifier pour la finale, au salon de l’Agriculture. Ils pourront également proposer aux éleveurs de présenter certains de leurs animaux lors des concours. « Vous allez rencontrer beaucoup de monde. Tous les organismes gravitant autour de l’élevage seront là, c’est aussi le top de la génétique départementale qui sera exposé, alors profitez-en ! », les a exhortés leur enseignant Denis Sourice. De la curiosité, les jeunes, tous en formation par alternance, n’en manquent pas, à l’image de Steeve, 17 ans, en stage dans une exploitation laitière : « J’ai envie de découvrir d’autres races sur le festival », confie-t-il. Passionné depuis tout petit par le métier d’agriculteur, que n’exerçaient ni ses parents ni ses grands-parents, il s’est déjà rendu au festival, mais sur les gradins, en tant que spectateur. Il brûle maintenant d’en connaître les coulisses. Même motivation pour Valérie, la benjamine de la classe, fille d’éleveur, qui nourrit déjà le projet de « s’installer en Gaec » ou encore pour Stéphanie, 16 ans, également fille d’éleveurs, passionnée avant tout par le « contact avec les animaux ».
S.H.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités