Aller au contenu principal

Mutualiser les tracteurs, réduire les charges

La Cuma Romaine à La Romagne est menée par un groupe tracteur organisé et attentif aux avancées technologiques.

Le groupe tracteur de la Cuma Romaine a investi 220 000 euros cette année pour deux tracteurs, une charrue et une remorque.
Le groupe tracteur de la Cuma Romaine a investi 220 000 euros cette année pour deux tracteurs, une charrue et une remorque.
© AA

"Nous avons toujours eu un groupe tracteur performant qui a porté la Cuma". Pour Claude Martin, ancien président de la Cuma de La Romagne qui a connu sa création en 1992 : "enlever la traction des fermes était la volonté de départ". Dès l'origine du rassemblement, les cinq exploitations fondatrices ont ainsi investi dans deux tracteurs mutualisés. "En parallèle, nous avons supprimé trois tracteurs chez trois exploitants, se rappelle Philippe Levron, responsable du groupe. Il fallait absolument éviter les doublons pour que ça marche et permettre des économies de charges. C'est encore plus le cas actuellement". Car aujourd'hui, comme le résume Eric Canteneur, animateur machinisme Union des Cuma Vendée : "la traction peut représenter facilement 30 % des charges de mécanisation". Le diagnostic mené par l'union des Cuma des Pays-de-la-Loire et la Fédération des Cumas de la Mayenne précise même que "si l'on ajoute le carburant, on atteint près de 50%. Il s'agit là de postes sur lesquels il est nécessaire de travailler en priorité." À La Romagne, cette volonté a donc été gardée jusqu'en 2015 par les 13 exploitations du groupe tracteur (10 en 2013) qui forment le noyau dur de la Cuma Romaine qui embauche également un salarié.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 7 août 2015.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Souveraineté alimentaire : j’invite tous les agriculteurs à se connecter le 18 mai
En vue du colloque sur la souveraineté alimentaire qui aura lieu le 18 mai, en présence d'Emmanuel Macron et Julien Denormandie,…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités