Aller au contenu principal

Négociations commerciales : « même la loi actuelle n’est pas respectée »

© Dominique Poilvet

Pour les deux syndicats FNSEA et JA, le comité de suivi sur les négociations commerciales co-présidé par Delphine Gény-Stephann et Stéphane Travert, « a fait malheureusement la démonstration que rien n’a changé en matière de négociations commerciales » et que « même la loi actuelle n’est pas respectée », soulignent-ils dans un communiqué le 18 janvier.

Les deux syndicats dénoncent « une véritable braderie des produits agricoles » avec des côtes de porc à 1,77 €/kg, du lait bio à 67 centimes d’euros le litre, ou des pommes de terre à 11 centimes le kilo. « Comment dans ces conditions le consommateur peut-il s’y retrouver, et avoir une quelconque idée de la valeur de l’alimentation quand tout n’est que promotions et rabais ? », expliquent la FNSEA et JA qui disent être « prêts à appeler nos réseaux à aller faire la police des prix dans les magasins », comme c’est déjà le cas spontanément dans certains départements. Ils demandent « une loi contraignante et ferme, qui applique en cas d’infraction des sanctions dissuasives ».

Négociations commerciales: « application inégale » et manque de données (gouvernement)

A l'issue de la réunion du Comité de suivi de relations commerciales au ministère de l'agriculture le 19 janvier, la secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l’Economie, Delphine Geny-Stephann, a annoncé que les «premiers éléments issus des contrôles en cours et les échanges de la réunion ont mis en lumière une application inégale de la charte».

Le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a précisé que les données fournies par chacune des parties prenantes nécessitaient «des précisions». Les données fournies par les distributeurs font surtout état de demandes de hausses de la part de l'industrie agroalimentaire - dont l'ampleur ne serait pas justifiée par l'évolution des cours des matières premières - et celles de Coop de France et l'Ania de demandes de baisses «préoccupantes» de la part de la grande distribution, y compris sur des marchés où les cours ont progressé, rapporte Christiane Lambert, présidente de la FNSEA qui se demande : «qui est le menteur?»

Le délégué général de la FCD (distributeurs), Jacques Creyssel, regrette par ailleurs que dans le secteur laitier, une partie des industriels n'ait pas encore communiqué les prix prévisionnels aux producteurs, comme cela est demandé par la loi Sapin 2. Les négociations commerciales ont débuté il y a six semaines et doivent s'achever dans six semaines. «C'est à la fin de la foire que l'on compte les bouses», commente Jacques Creyssel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois