Aller au contenu principal

Interview
Nicolas Gohier : “les entreprises doivent s’investir dans l’export”

Membre de la Fédération départementale laitière, Nicolas Gohier, éleveur au Tremblay, faisait partie de la délégation angevine à l’AG de la FNPL qui s'est déroulée le 20 mars à Pontarlier (Doubs) .

Nicolas Gohier est intervenu à l’AG, sur la question des relations entre OP et syndicalisme et les missions de chacun.
Nicolas Gohier est intervenu à l’AG, sur la question des relations entre OP et syndicalisme et les missions de chacun.
© AA

Que retenez-vous de la table ronde sur la production ?

Nicolas Gohier : Les pays du nord de l’Europe se sont lancés dans la production pour le marché international. La France, elle, est en retard. Or, les marchés sont là, en premier lieu la Chine. Il y a des opportunités à saisir. En France, on peut produire aussi pour l’export. Mais jusqu’ici les entreprises de transformation françaises sont surtout présentes sur le marché intérieur. Signe positif toutefois, des coops de l’Ouest commencent à investir dans des tours de séchage pour l’international. Laïta a embauché son premier salarié en Chine.

L’intervention de la présidente d’European Dairy Farmers bouscule nos façons de voir les choses quant à la production française. La France a de nombreux atouts que les autres pays européens nous envient. Elle nous invite à sortir des anciens schémas des quotas, à prendre nos calculettes, faire nos comptes et produire du lait.

 

Vous êtes donc optimiste ?

Oui, car 2014 est une année porteuse. Et la production laitière devrait se maintenir durablement, à condition que le lait fasse du revenu. Un des défis pour la production est de pallier les fluctuations de prix. Il est intéressant de regarder comment les autres pays producteurs abordent la question. Aux états-Unis, il existe un système assurantiel. Les pays du nord de l’Europe eux, n’en ont pas, mais ils insistent sur la nécessité de mettre de l’argent de côté lorsque les prix du lait sont à la hausse. Afin de pouvoir supporter les périodes de baisse de prix, qui d’ailleurs, ne sont pas toujours des périodes de crise.


Recueilli par S.H.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités