Aller au contenu principal

Economie circulaire
NoFilter recycle les écarts de tri

Lancée en 2019, la start-up NoFilter achète des écarts de tri à des agriculteurs partenaires, principalement en Val de Loire. Ces fruits et légumes “moches” sont transformés en jus.

Le 20 juillet, trois coop, Gerfruit, Kultive et Océane, sont entrées au capital de la start-up NoFilter. La signature a eu lieu à Terra Botanica à Angers.
© NF

Lutter contre le gaspillage alimentaire, procurer un revenu supplémentaire aux producteurs et proposer un produit sain aux consommateurs, tels sont les engagements de l'entreprise NoFilter, qui valorise les écarts de tri, les invendus ou produits en conversion, en fruits et légumes. Depuis 2019, environ 100 tonnes de tomates, pommes, carottes et concombres ont été valorisées. Près de 150 producteurs fournissent la matière première, dont la société angevine Pomanjou, une des premières à participer au projet.
Mardi 20 juillet, une étape supplémentaire a été franchie, puisque 3 coopératives qui fournissent des fruits et légumes à NoFilter, ont fait leur entrée dans le capital de la start-up. Il s'agit de Gerfruit, coopérative de Chenu (Sarthe), avec 40 producteurs, Kultive, de Sandillon (Loiret) qui rassemble 50 producteurs de fruits et légumes et Océane, de La Chevrolière (Loire-Atlantique), qui regroupe 49 agriculteurs, dont beaucoup de producteurs de tomates.
Par cette implication du maillon production, NoFilter va pouvoir sécuriser encore davantage son approvisionnement et asseoir sa présence dans la grande distribution. A ce jour, les produits sont principalement distribués dans le réseau Carrefour à Paris, ils le seront bientôt dans les magasins Casino. Un réseau de distribution reste encore à développer dans l'Ouest.  
« Nous cherchons à apporter des solutions de valorisation aux agriculteurs français, souligne Marin Mulliez, fondateur de NoFilter. La démarche a commencé avec des producteurs du Val de Loire et l'idée est de dupliquer le modèle ailleurs, notamment en Provence et dans le Sud-Ouest, pour toucher d'autres filières  comme les fruits rouges, les raisins, les agrumes... ». Et NoFilter ne compte pas s'arrêter aux jus, mais proposera à l'avenir des purées, sauces, soupes et autres produits.  
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois