Aller au contenu principal

Bois énergétique
Non au boisement en plein champ

Une délégation syndicale a alerté, mercredi, des élus des Mauges sur les dérives.

« Le développement durable ne doit pas se faire n’importe quel prix ».
« Le développement durable ne doit pas se faire n’importe quel prix ».
© AA

Après avoir sensibilisé leur député, les responsables FDSEA et JA du canton de Saint- Florent-le-Vieil ont alerté les élus locaux sur les dérives des plantations de bois énergétique. Ils ont été reçus le 13 octobre par Jean-Claude Bourget, maire de La Chapelle-Saint-Florent, Guy Bourget, président de la Communauté de commune de Saint-Florent-le-Vieil, et André Martin, président du Pays des Mauges.
Les agriculteurs ne sont pas défavorables à la plantation d’acacias aux conditions que celle-ci se fasse sur des parcelles à potentiel agricole limité et sur des surfaces restreintes. Cette espèce appauvrit le sol irréversiblement. Ils sont d’autant plus sensibles au sujet que sur leur canton, ce type de projet se réalise au détriment d’une installation.
Pour les collectivités, qui dit perte de terres agricoles dit aussi pertes de surface pour leur plan d’épandage de boue d’épuration. Les trois élus sont donc conscients de cet enjeu territorial. Il est d’ailleurs déjà intégré dans le projet d’aménagement du territoire en cours d’écriture. Un paragraphe sur les énergies renouvelables spécifiera très probablement que « le projet est envisageable à condition de ne pas consommer l’espace agricole à vocation alimentaire ». Le sujet doit être rediscuté lundi soir. Si une position claire et ferme est prise, le président du Pays s’est engagé à écrire aux parlementaires car seul le législateur peut freiner ce grignotage des terres agricoles. Le sous-préfet sera également interpellé le 25 octobre lors de son déplacement sur une exploitation du canton.
La rencontre s’est achevée sur un constat unanime : le boisement énergétique doit rester une activité complémentaire. « Sous prétexte de se donner bonne cons- cience, le développement durable ne doit pas se faire à n’importe quel prix. Il ne faut pas oublier que, par définition, les volets social et économique ne vont pas l’un sans l’autre », affirment les responsables FDSEA et JA du canton.

Aurélie Andriot

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Fermes en fête : le pari réussi des JA49
Après une trop longue période et un contexte qui n’a pas permis au réseau JA de se retrouver. Fermes en Fête relance la dynamique…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Terrena veut ouvrir l’ère de l’Agriculture à Impacts Positifs
L’AG de Terrena s’est déroulée mardi 15 juin, en présentiel au Centre des congrès d’Angers et avec une retransmission en live en…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Deux projets de loi cruciaux pour l’agriculture
FDSEA et JA  ont rencontré les parlementaires sur deux dossiers majeurs du moment examinés  par l’Assemblée nationale et le Sénat.
La hausse des prix et la pénurie des matériaux inquiètent
Acier, cuivre, matières plastiques, bois... Après une chute mondiale en 2020, les prix de ces matières premières connaissent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités