Aller au contenu principal

Bois énergétique
Non au boisement en plein champ

Une délégation syndicale a alerté, mercredi, des élus des Mauges sur les dérives.

« Le développement durable ne doit pas se faire n’importe quel prix ».
« Le développement durable ne doit pas se faire n’importe quel prix ».
© AA

Après avoir sensibilisé leur député, les responsables FDSEA et JA du canton de Saint- Florent-le-Vieil ont alerté les élus locaux sur les dérives des plantations de bois énergétique. Ils ont été reçus le 13 octobre par Jean-Claude Bourget, maire de La Chapelle-Saint-Florent, Guy Bourget, président de la Communauté de commune de Saint-Florent-le-Vieil, et André Martin, président du Pays des Mauges.
Les agriculteurs ne sont pas défavorables à la plantation d’acacias aux conditions que celle-ci se fasse sur des parcelles à potentiel agricole limité et sur des surfaces restreintes. Cette espèce appauvrit le sol irréversiblement. Ils sont d’autant plus sensibles au sujet que sur leur canton, ce type de projet se réalise au détriment d’une installation.
Pour les collectivités, qui dit perte de terres agricoles dit aussi pertes de surface pour leur plan d’épandage de boue d’épuration. Les trois élus sont donc conscients de cet enjeu territorial. Il est d’ailleurs déjà intégré dans le projet d’aménagement du territoire en cours d’écriture. Un paragraphe sur les énergies renouvelables spécifiera très probablement que « le projet est envisageable à condition de ne pas consommer l’espace agricole à vocation alimentaire ». Le sujet doit être rediscuté lundi soir. Si une position claire et ferme est prise, le président du Pays s’est engagé à écrire aux parlementaires car seul le législateur peut freiner ce grignotage des terres agricoles. Le sous-préfet sera également interpellé le 25 octobre lors de son déplacement sur une exploitation du canton.
La rencontre s’est achevée sur un constat unanime : le boisement énergétique doit rester une activité complémentaire. « Sous prétexte de se donner bonne cons- cience, le développement durable ne doit pas se faire à n’importe quel prix. Il ne faut pas oublier que, par définition, les volets social et économique ne vont pas l’un sans l’autre », affirment les responsables FDSEA et JA du canton.

Aurélie Andriot

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
" Traquer les prix hors la loi "
Interview de Frédéric Vincent, responsable du dossier lait à la FDSEA.
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités