Aller au contenu principal

Nor-Feed : des plantes et de la matière grise

Située à Beaucouzé, l’entreprise Nor-Feed est spécialisée dans la production d’additifs à base d’extraits de plantes pour la consommation animale. Fondée en 2003, l’entreprise ne cesse de croître.

Olivier Clech dans le laboratoire de Nor-Feed. De nombreuses publications scientifiques viennent confirmer l’intérêt des produits de l’entreprise ligérienne.
Olivier Clech dans le laboratoire de Nor-Feed. De nombreuses publications scientifiques viennent confirmer l’intérêt des produits de l’entreprise ligérienne.
© AA

Fondée en 2003 par Pierre Chicoteau, Nor-Feed fait partie de ces entreprises qui confirment le statut de capitale du végétal d’Angers. Basée à Beaucouzé, l’entreprise fabrique des additifs pour la nutrition animale, composés uniquement d’extraits de plantes, et présente de fortes ambitions pour l’avenir. En 2012, l’entreprise comptait 11 salariés. Aujourd’hui, 37 personnes en France et 12 à l’étranger.


Solutions naturelles
à Nor-Feed, le process est maîtrisé de la recherche à la commercialisation, en passant par la production. Une manière de s’assurer de la qualité du produit. « Notre crédo, c’est : caractériser, standardiser. Nos produits sont fiables et 100 % naturels », se félicite Olivier Clech, co-dirigeant de l’entreprise. La création de l’entreprise a fait suite aux annonces de l’interdiction des antibiotiques facteurs de croissance, annoncée au début des années 2000. Les prémixeurs et fabricants d’aliments étaient à la recherche d’alternatives, et Nor-Feed s’est implantée dans ce marché. Les deux tiers du chiffre d’affaires, de 10 millions d’euros, sont réalisés avec les filières volaille et porcine. Le reste provient des filières ruminants, aquaculture et petfood. Mais de nombreux produits de la gamme s’adressent à différentes espèces. « Au bout de la chaîne, l’éleveur ne saura pas que son aliment contient nos produits, ils font partie d’un tout, et les quantités sont faibles. En moyenne, les doses sont de 250 g/t, mais peuvent descendre à 10 g/t pour certaines références », détaille le dirigeant. La plupart des produits utilisés par Nor-Feed sont des co-produits végétaux d’origines agricoles, d’où sont extraits les actifs naturels qui intéressent l’entreprise. Cela se passe dans son usine de Saint-Lézin, qui sera bientôt remplacée par une plus grande, à Chemillé, qui quadruplera les capacités de production. Un changement nécessaire, la gamme de Nor-Feed étant en vogue à travers le monde. « Nous concevons des additifs qui améliorent le bien-être animal, la qualité des produits animaux ou leurs caractéristiques organoleptiques. Tout cela avec des extraits de végétaux », détaille Olivier Clech. Une démarche naturelle qui trouve, indubitablement, un fort écho auprès des acteurs de la filière animale. Nor-Feed entretient un lien particulier à la recherche, puisque 10 % du chiffre d’affaires y est consacré. Une manière de rester à la pointe de l’innovation, comme en témoigne le label BPI Excellence (label témoignant du fort potentiel innovant de l’entreprise) et des 8 brevets déposés par la compagnie ligérienne.

Nombreux partenariats et internationalisation
Nor-Feed, au-delà de son implantation dans l’Anjou, se déploie mondialement, avec un succès galopant. « Au total, nous vendons a 30 pays. L’export représente 70 % de notre activité », dévoile Olivier Clech. Depuis 2016, Nor-Feed dispose d’une joint-venture au Viêt-nam, qui est devenu le second pays de vente pour l’entreprise. « Une douzaine de personnes y travaillent. C’est un pays extrêmement intéressant lorsque l’on travaille sur des extraits naturels de plantes, puisque la flore y est foisonnante, et d’une grande diversité », analyse Olivier Clech. Les derniers pays tombés dans l’escarcelle de l’entreprise sont la Chine et le Brésil, de gros coups. « En France, le marché a tendance à se contracter, les opérateurs sont nécessairement plus prudents. Et cela ne représente que 2 % du marché mondial. Sur des produits à haute valeur ajoutée comme les nôtres, le succès passe par une internationalisation », estime le dirigeant. Selon lui, cette réussite s’explique par l’image de la France, et les gages de qualité qu’offrent son entreprise. « Innover et exporter, c’est vraiment facilité en France. Sans de nombreux dispositifs, nous n’en serions pas là ». Et pour cause, l’entreprise bénéficie du Crédit Impôt Recherche, facilitant la R&D, mais également d’un partenariat avec l’université de pharmacie d’Angers. De ce partenariat a résulté un laboratoire commun, où les compétences et les machines présentes permettent une étude approfondie des produits. Et d’en faire l’un des laboratoires avec
« l’une des meilleures expertises d’Europe en pharmacognosie ». Ainsi, Nor-Feed se positionne comme l’une des entreprises qui comptent dans le monde de l’alimentation animale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Régis Baudouin
Face à l’ampleur des dégâts, il veut protéger tout son verger contre le gel
A Villebernier, l'arboriculteur Régis Baudouin estime avoir perdu plus de la moitié de sa production de fruits à cause des gelées…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités