Aller au contenu principal

Interview
« Nous prévoyons une dégradation de trésorerie estimée à 310 €/truie pour les 6 prochains mois »

Mickaël Guilloux, président de la section porcine de la FRSEA Pays de la Loire

Fin janvier, le ministre de l’Agriculture a annoncé le déblocage de trois dispositifs d'aides d'urgence afin de soutenir les élevages porcins, en proie à une crise « inédite ». 
Qu’en est-il plus précisément de la situation des élevages ?

Depuis plusieurs mois, la hausse des matières premières utilisées en alimentation animale a provoqué une augmentation très significative du coût de production pour tous les éleveurs et particulièrement en filière porcine.  Cette orientation est totalement à l’opposé de la baisse du prix du porc qui stagne à 1,25€/kg depuis le début de l’année.
Ce décrochage de prix accompagné de la hausse du prix de l’aliment a un effet catastrophique sur les capacités financières de nombreux éleveurs et par répercussion, sur le potentiel de production dans les mois à venir. Le manque de trésorerie est ainsi évalué à 30 € par porc, soit une dégradation de trésorerie estimée à 310€/truie pour les 6 prochains mois.

Comment seront mis en place les dispositifs d’aides annoncés par le Ministre ?
Dès octobre 2021, nous avons alerté la Draaf et les préfets sur cette situation et demandé la mise en place de cellules de crise. Ces cellules de crise regroupant les banques, centres de gestion, groupements, administration… se sont réunies dans chacun des départements de la région afin d’échanger sur la situation des éleveurs et sur la mise en œuvre des aides d’urgence annoncées fin janvier par le ministre. Concernant l’aide d’urgence à la trésorerie (enveloppe de 75 M d'€), les formulaires de demande seront transmis par les DDT dans les jours à venir. 
Cependant nous invitons d’ores et déjà les éleveurs à prendre contact auprès de leur centre de gestion afin de préparer les éléments comptables et la situation de la trésorerie, mais aussi de faire un prévisionnel à 6 – 12 mois. Nous invitons également les éleveurs à se signaler à la MSA afin de mettre en place si nécessaire un plan de paiement des cotisations. 

 La loi Egalim2 peut-elle être une réponse à la situation actuelle de la production porcine ?
Le déblocage de ces aides est une première réponse à la crise actuelle mais elles sont loin d’être à la hauteur des pertes subies dans les élevages depuis plusieurs mois déjà.
Il est donc maintenant urgent que la filière se structure et mette en application la loi Egalim2. La réponse à la flambée des coûts qui met à mal la santé financière des exploitations doit nécessairement passer par leur prise en compte dans les coûts de production et donc par la mécanique de fixation du prix telle qu’instituée par la loi EGAlim 2. 
EGAlim2, permet aujourd’hui de disposer d’outils, il est urgent de les mettre en place ! Cette loi s’applique depuis le 1er janvier 2022 aux porcs mâles castrés. Certes elle bouleverse les habitudes des différents acteurs de la filière mais comme tout changement cela nécessite de se saisir de nouveaux mécanismes nécessaires pour faire avancer l’ensemble de la filière.
La mise en œuvre rapide de ce nouvel outil est nécessaire pour donner de la visibilité aux producteurs. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Christiane Lambert, jeudi 14 mars, à Angers.
Christiane Lambert, officier de la légion d'honneur
Jeudi 14 mars, à l'ESA, Christiane Lambert a reçu la médaille d'officier de la légion d'honneur des mains de Luc Guyau, sous le…
Les agriculteurs dénoncent les promesses du gouvernement non tenues, le manque de solutions à court terme pour leurs trésoreries en difficultés mais aussi de solutions à long terme pour éviter que ce scénario ne se répète à chaque début de programmation.
Promesses non tenues et manque de solutions concrètes 

Le 20 mars 2024, les représentants FRSEA et JA des commissions agriculture biologique et environnement ont rencontré la DRAAF…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois