Aller au contenu principal

Économie
Nouvelle baisse pour le revenu agricole départemental

La tendance amorcée dans le département se poursuit, avec un recul de 4 % du résultat courant en 2010. C’est ce que révèle l’étude de la Chambre d’agriculture et l’AS49.

Laurent Lelore, responsable du Pôle conseil aux entreprises à la Chambre d’agriculture et Jean-Paul Piet, président de AS49.
Laurent Lelore, responsable du Pôle conseil aux entreprises à la Chambre d’agriculture et Jean-Paul Piet, président de AS49.
© AA

Après la spectaculaire dégringolade de l’an passé (- 32 %), le revenu agricole départemental  a enregistré une nouvelle baisse en 2010. Il atteint 12 154 euros par UTA, contre  12 619 euros en 2009. Si la détérioration est limitée (- 4 %), le résultat moyen atteint  le niveau le plus bas observé depuis dix ans. C’est ce que révèle l’étude réalisée par la Chambre d’agriculture et l’AS49* auprès d’un échantillon de 1 140 exploitations. “Le résultat est une nouvelle fois en baisse. Cela illustre les difficultés que traversent les agriculteurs et le contexte très fluctuant dans lequel nous sommes”, souligne Laurent Lelore, président du Pôle conseil aux entreprise à la Chambre d’agriculture. L’évolution baissière sur les trois dernières années traduit en effet la mutation que connaît l’agriculture avec une forte instabilité des revenus, conséquence des réformes successives de la Pac.
Malgré la baisse du résultat courant, le capital d’exploitation par UTA continue à augmenter  (+ 2,6 %). Une progression constante ces dernières années qui suscite des inquiétudes : “c’est préoccupant  car cela complique les installations”, note Jean-Paul Piet, président d’AS49.

Situation tendue en viande bovine et en arboriculture

Les résultats sont très contrastés en fonction  des productions. La situation est particulièrement délicate en viande bovine : “le niveau est bas depuis trois ans. La prochaine campagne s’annonce avec une hausse du coût des matières premières liée à la sécheresse”, remarque Laurent Lelore. “Certains ont déjà fait le choix de la décapitalisation et aujourd’hui un plus grand nombre d’éleveurs se posent cette question”. Même sonnette d’alarme en arboriculture : “C’est la 4e année en dix ans que cette production enregistre des résultats négatifs. Dont deux années consécutives de baisses très fortes. La production arboricole du département est en passe d’être délocalisée alors qu’elle était très dynamique.”


Des marges de progrès possibles

La question du revenu reste donc épineuse et parfois… douloureuse. 60 % des exploitations ont un revenu inférieur à 15 000 euros et 36 % à moins de 7 500 euros. “Un revenu à  12 000 euros, c’est insuffisant. Un exploitant doit pouvoir rembourser les capitaux engagés, financer son développement et rémunérer son travail”, souligne Jean-Paul-Piet. Décapitalisation pour faire face à des dettes, retards d’investissements, stagnation, voire effritement du prélèvement privé : l’étau se resserre pour certains exploitants. “Il y a peu de catégories socio-professionnelles où on serait prêt à faire les sacrifices que font certains agriculteurs pour continuer à l’être”, estime Laurent Lelore.
Si la situation est préoccupante, l’heure n’est cependant pas au fatalisme : les écarts importants observés au sein même de certaines productions laissent entrevoir des pistes d’action. “Il y a des marges de progrès sur les résultats technico-économiques. On continue à aider les agriculteurs pour redonner de la cohérence à certaines exploitations” explique Laurent Lelore. “L’objectif, c’est de tout faire pour amener le maximum d’exploitants possibles dans le quart supérieur des résultats”.

D.J.

*Avec le concours du Cefiga 72 pour compléter certains groupes (arboriculture, porcs, volailles, lapins, maraîchage et horticulture)

Résultats par production

Les résultats 2010 sont élaborés à partir de la mise en commun des banques de données de la Chambre d’agriculture de d’AS49. Sur 1 650 exploitations suivies en comptabilité, 1 142 (dont 102 suivies par le Cefiga 72) ont été extraites pour constituer un échantillon fiable et représentatif de 12 systèmes de production.

Retrouvez ces résultats sur l'Anjou Agricole du 15 juillet, par production.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités