Aller au contenu principal

Nouvelle gestion du sanitaire en végétal

La Fredon, reconnue Organisme à vocation sanitaire (OVS), a révisé ses statuts lors de la dernière AG.

Les représentants des différents Gedon des Pays de la Loire ont signé, le 19 décembre à Angers, les nouveaux statuts de la Fredon.
Les représentants des différents Gedon des Pays de la Loire ont signé, le 19 décembre à Angers, les nouveaux statuts de la Fredon.
© AA

La réforme sanitaire, dans laquelle l’échelon régional prend de plus en plus de poids, est en ordre de marche en Pays de la Loire. Une nouvelle gouvernance qui associe le monde végétal et le monde animal se dessine, où la Fredon va jouer un rôle important. Elle a été reconnue en mars OVS, Organisme à vocation sanitaire. Avec les GDS, reconnus OVS dans le domaine animal, elle formera l’ASR, l’Association sanitaire régionale, chargée de la prévention, la surveillance et la maîtrise des dangers sanitaires. “On ne parle plus d’organismes nuisibles”, explique la Fredon, mais de “danger sanitaire”.

Des missions déléguées par l’état
Le terme de danger sanitaire désigne aussi bien les maladies animales que les organismes nuisibles aux végétaux et produits végétaux...


La suite, dans l'Anjou agricole du 2 janvier 2015.


Dangers sanitaires

Trois catégories

Catégorie 1. Ces dangers requièrent, dans un but d’intérêt général, des mesures de prévention, surveillance et lutte rendues obligatoires par l’autorité administrative. Près de 200 dangers concernés. Exemples : le capricorne asiatique, la flavescence dorée de la vigne, le virus de la sharka des arbres à noyaux, le nématode du pin...

Catégorie 2. Des dangers pour lesquels il peut être nécessaire, dans un but d’intérêt collectif, de mettre en œuvre des mesures. Plus de 360 dangers concernés.  Peuvent faire l’objet d’arrêtés ministériels ou  préfectoraux. Exemples : ragondin, processionnaire du pin, chardon des champs...

Catégorie 3. Pour ces dangers, les mesures relèvent de l’initiative privée. Ils ne sont pas réglementés et pas dénombrés. Ils peuvent faire l’objet d’une lutte collective. Exemples : chrysomèle des racines du maïs, processionnaire du chêne, pyrale du buis, chalarose du frêne...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Christiane Lambert, jeudi 14 mars, à Angers.
Christiane Lambert, officier de la légion d'honneur
Jeudi 14 mars, à l'ESA, Christiane Lambert a reçu la médaille d'officier de la légion d'honneur des mains de Luc Guyau, sous le…
Les agriculteurs dénoncent les promesses du gouvernement non tenues, le manque de solutions à court terme pour leurs trésoreries en difficultés mais aussi de solutions à long terme pour éviter que ce scénario ne se répète à chaque début de programmation.
Promesses non tenues et manque de solutions concrètes 

Le 20 mars 2024, les représentants FRSEA et JA des commissions agriculture biologique et environnement ont rencontré la DRAAF…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois