Aller au contenu principal

FDGDON 49
Nuisibles : la force du collectif

La fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles (FDGDON49) a tenu son assemblée générale mardi 16 avril à Brissac-Loire-Aubance. L'action des bénévoles reste essentielle sur le territoire.

"Nous sommes à la mi-avril et l'arrêté 2024 pour réguler les choucas des tours n'est toujours pas signé par le préfet. Il serait temps", déclare Raymond Vincent, président de la FDGDON49, lors de l'assemblée générale, ce mardi, à Brissac-Loire-Aubance (Saulgé-l'hôpital). Cet arrêté dérogeant au statut de protection de ce corvidé a été délivré sur 30 communes du nord-ouest du département en 2022 et 2023, suite aux dégâts occasionnés dans les champs mais aussi dans les habitations. Pour exemple, à Candé l'an passé, "220 nids de choucas ont été recensés mais seulement 36 oiseaux ont été tués". "On est loin de la régulation", déplore le responsable local. "Certes faire une déclaration à chaque dégât prend du temps et je comprends que certains en soient lassés, admet Raymond Vincent. Mais je vous incite néanmoins à les faire cette année, à chaque fois. Peut-être qu'alors nous obtiendrons un arrêté triennal et non annuel du préfet".

Liste remise en cause

Au regard des témoignages apportés au  cours de la matinée, le cas du choucas des tours semble symptomatique du traitement des espèces "nuisibles" par l'administration. "Nous passons un temps fou à nous justifier, constate Denis Laizé. Aujourd'hui, les dires d'un expert ne suffisent plus : il faut amener des preuves. C'est très lourd. Et les agriculteurs sont sous la crainte d'un déclassement d'une espèce dans la liste des Esod (1)". Sans compter les espèces non réglementées qui posent déjà problème pour la production agricole, comme le datura, selon le président de la Chambre d'agriculture. Ou encore le loup qui serait présent dans le département (2).

"Inverser le rapport de force"

Plus "optimiste", la députée de la troisième circonscription du Maine-et-Loire continue à interpeller les ministres pour "desserrer l'étau en fonction des réalités du terrain". "Il n'y pas de raison que le territoire rural ne se fasse pas entendre", affirme Anne-Laure Blin, rappelant aussi son rôle de contrôle de l'application des lois. "Dans ce domaine, j'observe des excès de zèle de la part de fonctionnaires militants qui font ainsi avancer leurs idées environnementalistes, s'insurge-t-elle. Il faudrait inverser le rapport de force avec une campagne de communication pour expliquer au grand public les dommages causés par ces espèces".

Et pourtant la régulation des espèces nuisibles est essentielle. "C'est une mission sanitaire, y compris pour la santé humaine, souligne Marie-Jo Hamard. C'est donc une mission qui n'a pas de prix". La deuxième vice-présidente du Conseil départemental du Maine-et-Loire fait ainsi référence aux actions des 3 889 bénévoles répartis dans les 126 communes adhérentes à la fédération. La collectivité accompagne la FDGDON49 dans ces actions, notamment en matière de régulation de la population de ragondins dans les cours d'eau. "Grâce aux bénévoles et à leur mobilisation sur le territoire, ce sont des millions qui sont économisés", reconnaît Raymond Vincent.

Des "partenariats forts" sont néanmoins nécessaires pour le bon fonctionnement financier de la fédération : avec les mairies, "qui devraient toutes être intéressées", comme le soutient Médérick Thomas, maire de Lys-Haut-Layon, et jusqu'au Conseil régional des Pays de la Loire. Un message "reçu" par Roland Marion, conseiller régional. Mais pour lequel la réponse reste conditionnée "à l'existence d'une structure régionale". "Il manque ce maillon pour être intégré aux dispositifs", répète-t-il à la tribune. Avec la Vendée, la fédération du Maine-et-Loire travaille actuellement le sujet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Valérie, Baptiste et Dominique Lebrun sont associés dans l'entreprise Ek'o save water.
Ek'o économise l'eau sous la douche
Ek'o save water a créé un système de robinetterie qui économise l'eau sous la douche. Les associés ont reçu une médaille d'or et…
Simon et Didier Trovalet, devant le nouveau siège social, en construction à l'entrée de Saint-Augustin des Bois. L'entreprise investit 2 millions d'euros dans sa réorganisation interne.
Prefakit construit
son avenir
Marchés en plein développement, recrutements, et bientôt nouveau siège social. Implantée à Saint-Augustin des Bois depuis 77 ans…
Sébastien Ferrard, du Gaec du Pâtis Candé. Sur cette parcelle sableuse, auparavant en prairie, l'agriculteur a pu semer un maïs à indice 270-300.
Des chantiers décalés par les pluies
Les semis de maïs devraient pouvoir reprendre en fin de semaine. Certains agriculteurs ont pu déjà semer fin avril début mai,…
Christian Suteau conduit un troupeau de 30 Normandes sur une SAU de 65 ha, majoritairement en herbe.
Il achète de la paille, craignant une pénurie à la récolte
Christian Suteau achète tous les ans environ 50 t de paille à un voisin pour compléter la production de son exploitation. Cette…
Au cours de la journée, les six conférences techniques ont rassemblé du public. L'événement a accueilli 1300 visiteurs sur le site de Thorigné-d'Anjou.
1 300 visiteurs à Thorigné d'Anjou
La ferme expérimentale de Thorigné d'Anjou a accueilli 1 300 visiteurs jeudi 16 mai pour une restitution de ses travaux de…
Élections européennes : ne nous laissons pas tenter par l'abstention

A un mois du vote prévu le 9 juin, que dire aux citoyens, et aux agriculteurs en particulier, qui sont…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois