Aller au contenu principal

Objectif efficience : faire plus avec moins

Installé depuis 9 mois au May-sur-èvre, Philippe Edern revient sur le début de son activité, période charnière qui permet de trouver les bons indicateurs de pilotage.

Philippe Edern s’est installé en juillet 2017, après une longue expérience en tant que technicien au sein d’une coopérative cunicole.
Philippe Edern s’est installé en juillet 2017, après une longue expérience en tant que technicien au sein d’une coopérative cunicole.
© AA

De technicien à éleveur, il n’y a parfois qu’un pas. Qui fut facilement franchi par Philippe Edern, installé au May-sur-èvre depuis le 1er juillet 2017. « Mes parents étaient éleveurs de porcs. La conduite de cette production est identique à celle du lapin. Mais j’ai toujours préféré la cuniculture. De 1995 jusqu’en 2004, j’ai travaillé pour un centre d’insémination, en tant que technicien puis en tant que responsable. Je me suis également occupé du suivi terrain, de 1998 à 2016 ». (...)

A ce jour, l’exploitation compte 510 cages-mères (530 permettant d’optimiser le bâtiment).« J’appartiens au  groupement Syprolap (Syndicat des producteurs de lapins de l’Ouest) et nous travaillons avec l’abattoir LDC". (...)

Philippe Edern travaille avec la souche hybride Hycole, tant au niveau des mâles que des femelles. (...) Sur les 4 premiers lots vendus, « j’ai eu 3 lots au-dessus de 58 % de rendement, avec du bonus ». Et dès la 3ème bande, l’éleveur a connu une moyenne de 11/11,5 nés vivants. « J’ai donc dû diminuer le nombre d’inséminations artificielles et passer de 650 à 615, afin de ne pas avoir une densité trop forte à l’engraissement. C’est cela qui est compliqué et qu’il faut apprendre à gérer : comment sortir le maximum de kilos avec moins de lapines ». (...)

Autre élément essentiel de la gestion de l’élevage : le suivi du poids. « Les lapins à l’engraissement sont pesés deux fois par semaine et les lapereaux une fois par semaine". (...) Philippe Edern est aujourd’hui satisfait du début de son activité. « Mais je suis encore en phase de rodage et d’apprentissage et malgré mon passé, je suis suivi par un technicien : c’est important d’avoir un regard extérieur". (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans le dossier Lapins de l'Anjou Agricole du vendredi 18 mai 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois