Aller au contenu principal

Syndicat
Où est la vraie urgence ?

Le conseil fédéral de la FDSEA se tient le 29 septembre. Jean-Marc Lezé, secrétaire général explique l'importance d'un engagement collectif.

Jean-marc Lezé, Secrétaire général de la FDSEA.
Jean-marc Lezé, Secrétaire général de la FDSEA.
© AA
Moment traditionnel de la rentrée, le conseil de la FDSEA est aussi un temps fort qui rassemble les présidents communaux. C’est un lieu de débat et de bilan des actions en cours. Car l'activité de la FDSEA ne se résume pas à la parution de communiqués de presse.
C'est sur le terrain, dans la réalité de dossiers parfois épineux qu'elle s'apprécie. Je n'en citerais que quelques-uns : les deux années de sécheresse et leur reconnaissance en calamités agricoles, la gestion de l'eau, l'organisation des filières et de la contractualisation, l'emploi, etc. Mais le sérieux et la pertinence d'une structure comme la nôtre s'évaluent également à sa capacité d'analyse et de prospective, à sa force de propositions. C'est de cela aussi qu'il a été question lors de notre conseil fédéral.
Car de quoi notre monde agricole a-t-il besoin aujourd'hui ? Où se trouvent les solutions pour les agriculteurs à l'heure des restructurations industrielles de nos filières agricoles, dans un contexte économique de plus en plus instable ? Pouvons-nous raisonnablement imaginer nous en sortir individuellement ? Pouvons-nous seulement l'accepter ?
Je pense que nous avons besoin de responsables économiques et syndicaux  lucides qui aient une vision de l'intérêt collectif. De responsables économiques et syndicaux qui sachent faire fi des ambitions personnelles et des rivalités d'ego. C'est l'intérêt du plus grand nombre, sur les territoires et dans les filières, qu'il faut viser. C'est là qu'est la vraie urgence pour les paysans.
C'est là le défi que nous voulons relever. Car à défaut, ce sont les grands groupes, européens ou mondiaux, leurs euros ou leurs dollars, peut-être même leurs yuans, qui viendront arbitrer nos petites querelles stériles.
C'est de cela dont nous parlons au conseil fédéral.
De l'importance de cet engagement collectif pour retrouver des performances économiques et sociales durables.Y compris dans la coopération. Dominique Dutartre témoigne de son expérience dans Champagne Céréales. Et, il ne fait que confirmer que nous sommes plus forts ensemble.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités