Aller au contenu principal

Agriculture biologique
Ouverture du dispositif de demande d'aide de crise

Suite aux mobilisations agricoles, une aide de crise pour les producteurs en agriculture biologique a été annoncée par le Premier ministre début février. L'enveloppe de 50 millions d'euros a ensuite été abondée pour atteindre 90 millions d'euros.

agriculture biologique

L'aide consiste en une prise en charge d'une partie de la perte d'EBE entre le dernier exercice clos (entre le 1er janvier 2023 et le 31 mai 2024) et la moyenne des deux exercices comptables clôturés entre le 1er juin 2018 et le 31 mai 2020.

Pour les jeunes installés, des dérogations peuvent s'appliquer (prise en compte d'exercices de références plus récents, références des cédants ou chiffres du Plan d'Entreprise). Les agriculteurs installés après le 1er juin 2023 ne sont pas éligibles à l'aide.

Conditions d'éligibilité

Les conditions d'éligibilité pour prétendre à cette aide :

- être un exploitant agricole, un Gaec, une EARL, ou une autre personne morale exerçant une activité agricole biologique en France ;

- être une entreprise de moins de 250 salariés et de moins de 50 millions de chiffre d'affaires ;

- être immatriculé au répertoire SIRENE de l'INSEE par un numéro SIRET actif à la date de dépôt de la demande d'aide et au jour du paiement ;

- être spécialisé à 100% en Agriculture Biologique pour la production agricole primaire à la date du dépôt de la demande d'aide, c'est-à-dire être certifié et/ou en conversion, ou être certifié en AB et/ou en conversion et spécialisé en bio à plus de 85%, c'est-à-dire pouvant justifier d'un chiffre d'affaires issu de l'agriculture biologique représentant plus de 85% du chiffre d'affaires total de l'exploitation sur l'exercice indemnisé.

Et avoir subi :

- une perte d'EBE sur l'exercice indemnisé supérieure ou égale à 20% par rapport à la référence ;

- ou une perte de chiffre d'affaires sur l'exercice indemnisé supérieure ou égale à 20% par rapport à la référence.

Les pertes d'EBE ou de CA doivent être justifiées par une attestation comptable établie par un expert-comptable, une Association de gestion et de comptabilité, ou un commissaire aux comptes.

L'exercice indemnisé est l'exercice comptable du demandeur clôturé entre le 1er juin 2023 et le 31 mai 2024. Dans le cas où la date de clôture (au plus tard le 31 mai 2024) ne permet pas d'avoir au moment de l'établissement de l'attestation des données définitives, les valeurs prévisionnelles seront acceptées.

L'aide est plafonnée à 30 000 € par exploitation, majorée jusqu'à 40 000 € dans le cas où l'exploitation demandeuse a au moins un membre ayant le statut " jeune agriculteur " ou " nouvel installé ". Le montant minimum d'aide est de 1 000 €. Le taux d'aide sera au maximum de 50% de la perte mais pourra être amené à être minoré (coefficient stabilisateur) en fonction des demandes reçues afin de rester dans l'enveloppe des 90 millions d'euros.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois