Aller au contenu principal

Ovins
Ovi-Loire : une semaine de promotion de l’agneau

Une opération exceptionnelle prévue en semaine 23 pour soutenir les cours.

L’opération a été présentée le 27 mai par Guy Emeriau, reponsable de la centrale d’achat Système U de Carquefou, Marc Humeau, éleveur à La Pommeraye et Hubert Sureau, président de l’interprofession Ovi-Loire.
L’opération a été présentée le 27 mai par Guy Emeriau, reponsable de la centrale d’achat Système U de Carquefou, Marc Humeau, éleveur à La Pommeraye et Hubert Sureau, président de l’interprofession Ovi-Loire.
© AA

La première semaine de juin, un volume important de viande d’agneau va être mis en vente dans 411 magasins Système U du Grand Ouest. L’objectif, écouler 100 tonnes de viande, contre, habituellement, 5 à 10 tonnes/semaine. Cette opération est menée par l’interprofession Ovi-Loire avec le distributeur Système U, dans 25 départements. Elle vise à promouvoir la consommation  à une période charnière : en juin, les sorties d’animaux sont abondantes, alors que la consommation estivale est loin d’être à son apogée.
Les enjeux de cette opération, qui en est à sa troisième année, ont été présentés lundi 27 mai à La Pommeraye, chez l’éleveur Marc Humeau.“La moitié des éleveurs fait partie d’organisations de producteurs, l’autre commercialise auprès d’opérateurs privés.Même pour un éleveur, comme moi, qui commercialise toute l’année la même quantité d’agneaux (auprès de Ter’élevage), une telle opération est importante, explique l’éleveur.Cela permet de soutenir les cours le plus haut possible et de les maintenir ensuite en juillet et août”. 
La formule porte ses fruits, puisque le volume acheté croît chaque année : 65 tonnes en 2011, dans 327 magasins ; 80 tonnes en 2012, dans 357 points de vente.
Cette semaine est aussi l’occasion de mettre en avant la qualité de la viande ovine française, alors que 60 % de la viande ovine consommée est aujourd’hui importée.Et de rappeler que l’élevage contribue à l’économie locale  et à l’entretien des paysages. Il  permet souvent de valoriser des terres non cultivables. À l’image de l’exploitation de Marc Humeau, dont un tiers des surfaces est constitué de coteaux.

S.H.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités