Aller au contenu principal

Pac 2021-2027 : la France dénonce un budget "inacceptable"

© CHRISTIAN LAMBIOTTE/CE

La Commission européenne a annoncé le 2 mai qu'elle envisage une baisse « d'environ 5 % » (en prix courants) des fonds de la Pac dans son projet de cadre financier pluriannuel 2021-2027 de l’UE (à 27 États membres). En fait, en termes réels (sans tenir compte de l’inflation estimée à 2 % par an), la dotation prévue pour les paiements directs (et les mesures de marché), soit 254 milliards € sur les sept années, est même en diminution de 7,3 % par rapport à la programmation en cours 2017-2020 (qui inclut le Royaume-Uni). L’enveloppe prévue pour le développement rural étant de 70 Mrd €, la part de la Pac dans le budget total proposé par Bruxelles (1 134 Mrd €) passera, selon ce projet, de 31 % en 2021 à 27 % en 2027.

La Commission rappelle que, dans ses propositions pour la Pac post-2020 attendues fin mai-début juin, elle préconisera « un plafonnement obligatoire des montants reçus (par les exploitants) ou des paiements dégressifs (...) au profit des petites et moyennes exploitations, et potentiellement du développement rural ». Pour ce dernier, elle envisage par ailleurs une baisse de 10 points de la contribution de l’UE qui pourra être compensée au niveau national.

Stéphane Travert dénonce une baisse « drastique, massive et aveugle »

Réagissant le jour même à la proposition faite le 2 mai par la Commission européenne de baisser les paiements directs sur la période 2021-2027, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a dénoncé une baisse "drastique, massive et aveugle qui va empiéter gravement sur le revenu des agriculteurs". Le ministre s'est dit "en colère" contre une proposition "inacceptable". La position de Paris est un budget qui n'entraine "pas de baisse pour les agriculteurs". Le ministère est particulièrement attentif au fait que les propositions budgétaires de Bruxelles ont été exprimées "en euros courants", et non, comme lors des précédentes réformes, "en euros constants". "En euros courants, l'effet de la baisse sera encore plus fort en 2021", explique le ministère.

« Une immense déception pour les Européens et les agriculteurs » selon la FNSEA

« La baisse drastique annoncée est inacceptable », a protesté la FNSEA dans un communiqué de presse le 2 mai, après la publication des propositions de budget de la Commission européenne pour la prochaine Pac. « C’est une immense déception pour les Européens et les agriculteurs », indique le syndicat pour qui le budget proposé « ne permettra pas à l’agriculture de relever les nouveaux défis auxquels elle est confrontée » et risque « d’accélérer le déclin » du secteur. Le syndicat juge que la réduction va au-delà de la compensation du Brexit et met la Pac à contribution. «La FNSEA en appelle solennellement au chef de l’État pour provoquer un véritable sursaut de l’Union européenne», insiste l’organisation qui souhaite un accord entre Emmanuel Macron et Angela Merkel sur ce sujet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités