Aller au contenu principal

Pacifica lance une “garantie chiffre d’affaires sécurisé” pour les agriculteurs

Avec cette nouvelle assurance, l’agriculteur aura la possibilité de choisir le montant du chiffre d’affaires qu’il veut sécuriser et la surface de cultures qu’il veut inclure dans cette garantie, avec un plafond fixé à 80 %.
Avec cette nouvelle assurance, l’agriculteur aura la possibilité de choisir le montant du chiffre d’affaires qu’il veut sécuriser et la surface de cultures qu’il veut inclure dans cette garantie, avec un plafond fixé à 80 %.
© Archives AA

Pacifica, la filiale assurance dommage du Crédit agricole Assurances, a annoncé lors d’une conférence de presse mardi 12 juin 2018 le lancement d’une “garantie chiffre d’affaire” visant à maintenir « un niveau de chiffres d’affaires sécurisé, contre une baisse due à un aléa climatique, à une baisse de prix ou toute combinaison des deux événements ». L’offre se présente comme une option aux contrats d’assurance récolte qui existent depuis 2005, et ne sera disponible pour la récolte 2019 que pour les cultures de blé tendre d’hiver, de maïs et de colza. « Nos produits comme l’assurance récolte ne couvraient que la quantité produite par un agriculteur ; avec cette nouvelle option, nous couvrons également le prix de vente unitaire de sa récolte », explique Jean-Michel Geeraert, directeur du marché de l’agriculture à Pacifica. Concrètement, l’agriculteur aura la possibilité de choisir le montant du chiffre d’affaires qu’il veut sécuriser et la surface de cultures qu’il veut inclure dans cette garantie, avec un plafond fixé à 80 %. L’indemnité sera versée si le chiffre d’affaires calculé (son rendement multiplié par le prix moyen observé sur 6 mois sur le marché à terme) est inférieur au chiffre d’affaires qu'il avait choisi de sécuriser. Le calcul de la prime se fera sur une base individuelle, en prenant en compte « le potentiel du client à atteindre le chiffre d’affaires sécurisé », notamment à travers l’historique de ses rendements ou les cotations moyennes du marché.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Bientôt du konjac made in Anjou ?
Créer une filière de konjac 100 % français. C’est le défi que relève la SAS Plant innovation R&D basée à Angers.
Une vache du Maine-et-Loire championne régionale
Le Régional prim’holstein se tenait vendredi et samedi derniers à Château-Gontier. Un concours de grande qualité qui a vu le…
Un maïs grain 2021 exceptionnel
La récolte de maïs grain atteint des niveaux de volumes exceptionnels dans la région, avec des prix toujours très soutenus. Le…
Comment bien intégrer un tiers dans un Gaec 100 % familial ?
Comment bien réussir une installation dans un Gaec familial lorsqu’on est extérieur à cette famille ? Rencontre avec Samuel…
La Confédération Paysanne a-t-elle encore sa place dans les instances représentatives départementales ?

Lundi 22 novembre, lors de la session Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire, la Confédération Paysanne a confirmé son…

« Manque de prudence, d'anticipation et idéologie »
Edito de Jacques Mousseau,  président de la section régionale Agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois