Aller au contenu principal

Pacifica lance une “garantie chiffre d’affaires sécurisé” pour les agriculteurs

Avec cette nouvelle assurance, l’agriculteur aura la possibilité de choisir le montant du chiffre d’affaires qu’il veut sécuriser et la surface de cultures qu’il veut inclure dans cette garantie, avec un plafond fixé à 80 %.
Avec cette nouvelle assurance, l’agriculteur aura la possibilité de choisir le montant du chiffre d’affaires qu’il veut sécuriser et la surface de cultures qu’il veut inclure dans cette garantie, avec un plafond fixé à 80 %.
© Archives AA

Pacifica, la filiale assurance dommage du Crédit agricole Assurances, a annoncé lors d’une conférence de presse mardi 12 juin 2018 le lancement d’une “garantie chiffre d’affaire” visant à maintenir « un niveau de chiffres d’affaires sécurisé, contre une baisse due à un aléa climatique, à une baisse de prix ou toute combinaison des deux événements ». L’offre se présente comme une option aux contrats d’assurance récolte qui existent depuis 2005, et ne sera disponible pour la récolte 2019 que pour les cultures de blé tendre d’hiver, de maïs et de colza. « Nos produits comme l’assurance récolte ne couvraient que la quantité produite par un agriculteur ; avec cette nouvelle option, nous couvrons également le prix de vente unitaire de sa récolte », explique Jean-Michel Geeraert, directeur du marché de l’agriculture à Pacifica. Concrètement, l’agriculteur aura la possibilité de choisir le montant du chiffre d’affaires qu’il veut sécuriser et la surface de cultures qu’il veut inclure dans cette garantie, avec un plafond fixé à 80 %. L’indemnité sera versée si le chiffre d’affaires calculé (son rendement multiplié par le prix moyen observé sur 6 mois sur le marché à terme) est inférieur au chiffre d’affaires qu'il avait choisi de sécuriser. Le calcul de la prime se fera sur une base individuelle, en prenant en compte « le potentiel du client à atteindre le chiffre d’affaires sécurisé », notamment à travers l’historique de ses rendements ou les cotations moyennes du marché.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois