Aller au contenu principal

Partir en vacances sereinement grâce au SR

Cet été, l’éleveur de vaches laitières Nicolas Gohier, pourra partir en vacances pendant 2 semaines. C’est un agent du Service de remplacement qui assurera son travail pendant son absence.

Grâce au service de remplacement, Nicolas Gohier peut partir en vacances cet été.
Grâce au service de remplacement, Nicolas Gohier peut partir en vacances cet été.
© AA

Cela fait maintenant 3 ans que Nicolas Gohier, éleveur laitier du Tremblay, fait appel au Service de remplacement pour partir en vacances. « Avant, j’étais installé avec mon père. Nous nous relayions pour partir en vacances. Je n’avais recours au Service de remplacement que pour mes congés paternité », explique l’agriculteur, père de 3 enfants.
Chaque année, l’agriculteur prend l’équivalent de 5 semaines par an : 2 semaines l’été, une semaine à Noël, une semaine au ski et quelques jours pour avoir des week-end.


Plannifier en avance
L’agriculteur contacte la gestionnaire de planning du SR bien en amont pour lui faire part de sa demande.
« Jusque-là, elle m’a toujours trouvé quelqu’un », note l’éleveur en conversion bio.  Un contrat d’engagement lui est envoyé, qu’il doit retourner signé. Une semaine avant de partir en congés, le salarié du SR vient sur l’exploitation  « pour que je lui donne toutes les consignes. » Cette année, ses vacances débuteront le
24 juillet. Un agent du SR assurera le travail pendant son absence.  « Il fera la traite matin et soir, l’alimentation, le soin aux animaux, le nettoyage, le curage et le paillage des logettes... » Soit
4 h par jour : 2 h le matin, 2 h le soir. Nicolas Gohier peut partir sereinement, « surtout que j’ai mon père à côté en cas de problème. » En plus, l’agent est un habitué et l’a déjà remplacé lors d’autres congés. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités