Aller au contenu principal

Pascal Gallard : “Accompagner la diversité des élevages”

Pascal Gallard, 58 ans, se présente pour un 3ème mandat à la Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire, sur la liste FDSEA-JA. Il veut continuer à s’investir pour défendre et accompagner un monde de l’élevage en forte mutation. Portrait.

Pascal Gallard, éleveur laitier en EARL avec sa femme à Saint-Florent-le-Vieil en Maine-et-Loire.
Pascal Gallard, éleveur laitier en EARL avec sa femme à Saint-Florent-le-Vieil en Maine-et-Loire.
© AA

« Le rôle d’une Chambre d’agriculture, c’est avant tout d’accompagner, en toute indépendance, l’agriculteur dans son autonomie de décision », considère
Pascal Gallard. Ses premières prises de responsabilités remontent en 1987, avec les cercles de gestion au CRDA et la Cuma locale. Président du CRDA des Mauges de 2001 à 2011, l’éleveur est élu à la Chambre d’agriculture depuis 2007, en charge de l’élevage et de l’EDE*, devenu régional au 1er janvier 2018.

Expérimentation et formation
L’éleveur des Mauges préside aussi la SAS lait de la ferme des Trinottières : « un site d’expérimentation pour les éleveurs et la filière laitière, et un support de formation pour les futurs éleveurs et salariés d’élevage ». Agrilia a rejoint le site en 2017 : « cela permet une réelle synergie entre les équipes. Les jeunes en formation, toujours plus nombreux notamment en CS**, apprécient l’alternance théorie-pratique ».

Autre dossier suivi par Pascal Gallard, celui des calamités agricoles.
« Suite à la sécheresse de 2017, 500 exploitations des Mauges ont pu recevoir en moyenne 3 500 € et je tiens à souligner ce travail collaboratif, chacun dans son rôle, avec l’administration DDT et DDfip ». Un autre exemple de “travail de l’ombre” qui bénéficie à tous.
Plus localement, il siège à la commission locale de l’eau du Sage Evre-Thau-Saint-Denis, où qualité et quantité d’eau sont des sujets majeurs. Conscient des mutations à l’œuvre en élevage, notamment avec le virage du numérique, l’élu estime qu’on a « la chance d’avoir une diversité de modèles d’élevage. C’est une richesse qu’il nous faut préserver car adaptée à la fois à la demande variée du consommateur, mais aussi au paysage, à l’environnement et à l’entretien qu’il nécessite ».
Pascal Gallard en est convaincu, l’élevage constitue un capital qui contribue à l’économie, à l’environnement et à la dynamique d’un territoire et « l’ensemble des concitoyens doit en percevoir la nécessité pour  nous, et surtout pour les générations futures ».
S.H.
*établissement départemental de l’élevage. **Certificats de spécialisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le prix des terres et prés agricoles
Tour d’horizon de l’évolution des prix des terres agricoles pour chaque département de la région Pays de la Loire.
Le robot danois qui sème et désherbe tout seul
Le robot Farmdroid, homologué pour travailler en autonomie sur la parcelle, sème et bine. Une alternative à l’usage de produits…
Le Préfet met la pression sur le sanglier
 Le Préfet a réuni le 27 septembre les représentants agricoles et des chasseurs pour faire le point sur le dossier dégâts de…
« Des conditions idéales pour semer »
Avec la météo favorable, les semis de blé ont démarré depuis la semaine dernière dans le Maine-et-Loire. Reportage au Gaec…
Donner des clés pour s’installer
160 élèves de formation agricole ont arpenté le forum à l'installation, jeudi 14 octobre, au Gaec des Mardreaux au Fief-Sauvin.
Un troupeau plus adapté à la demande
 L’assemblée générale du syndicat limousin 49 s’est tenue à Vezins, mardi 28 septembre. L’occasion de visiter l’EARL Blaiteau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités