Aller au contenu principal

Pépinières : difficile de voir la vie en rose

L’entreprise Michel Taillandier, spécialisée en rosiers de jardin, ressent des difficultés à écouler sa production depuis le début du confinement. Malgré la réouverture des jardineries.

Les ventes de rosiers de jardin sont en baisse depuis quelques années. Une tendance accrue cette année.
Les ventes de rosiers de jardin sont en baisse depuis quelques années. Une tendance accrue cette année.
© AA

à Savennières, l’entreprise de pépinières, Michel Taillandier, spécialisée en rosiers de jardin, est dans la tourmente. à l’instar de l’ensemble de la filière rose. Les ventes sont depuis quelques années en baisse. Une baisse encore plus flagrante depuis le début du confinement.


Des ventes de mars à juin
S’étalant sur 12 ha productifs en rosiers, ce sont 5 personnes (4 salariés et l’exploitant) qui cultivent chaque année 250 000 rosiers. L’entreprise, membre de “Produit en Anjou”, fait partie de la vingtaine de rosiéristes restants en France. « C’est un produit qui est moins en vogue depuis quelques années », s’inquiète Florence Rabineau, salariée, femme de l’exploitant et fille de Michel Taillandier, créateur de l’entreprise il y a 50 ans. La production est ciblée de mars à juin, du stade « vert au stade fleuri ». En ce moment, les ventes s’effondrent. « Les clients achètent des plantes potagères, moins ornementales », témoigne la pépinièriste. Les habitudes des consommateurs semblent s’être tournées vers du consommable.


Réouverture des jardineries
Pourtant, la réouverture des jardineries aurait pu enclencher une nouvelle vague de  consommation. Il n’en est rien. « Pour certaines jardineries, cela fonctionne, mais ce n’est pas la majorité », confie Florence Rabineau. Si les rosiers non vendus ne sont pas jetés, la perte de chiffre d’affaires, elle, sera difficilement rattrapable. Pourtant, les conditions sont réunies pour que la culture du rosier se porte à merveille. « Le temps est parfait. Il y a eu de l’eau, les réserves sont présentes, et le soleil est au rendez-vous depuis quelques semaines ! ». Les temps sont durs pour une profession emblématique de la filière des pépinières. En cette période, nombreux sont les chefs d’entreprise, agricoles par exemple, qui s’orientent vers de la vente directe au détail. Difficile pour Michel Taillandier, grossiste avant tout. « C’est compliqué de se projeter vers un métier qui n’est pas le nôtre ».

 

Article complet dans l'Anjou Agricole du 24 avril 2020

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’Anjou bloque à son tour

Alors que le mouvement de colère du monde agricole s’étale désormais sur toute la France, la FDSEA et les JA49 ont entamé une…

Lisa Gourdon profite d'une pause pour reprendre de l'énergie grâce au pique nique distribué à l'échangeur de la Plesse, sur l'axe Angers-Rennes.
Mobilisée au cœur du cortège
Pour certains agriculteurs présents dans le convoi jeudi 1er février, il s'agissait de leur première manifestation. Comme Lisa…
Solidaires, les entrepreneurs bloquent l'A11

Lundi matin dès 6h, les entrepreneurs des territoires (EDT) du Maine-et-Loire ont bloqué l'A11 dans les 2 sens, entre les…

Jeudi 18 janvier, à l'appel de la FDSEA et des JA 49, des agriculteurs de tout le département se sont rassemblés devant l'usine Lactalis pour bloquer l'entrée des camions sur le site de Saint-Florent le Vieil.
Lactalis sous pression

La semaine dernière, les agriculteurs se sont mobilisés pour soutenir l'Unell, principale organisation de producteurs livrant…

Retour sur la manifestation du 1er février à Angers : opération escargot

Plusieurs centaines d'agriculteurs de la FDSEA et des JA Maine-et-Loire, jeudi 1er février, pour défendre le revenu et appeler…

Continuer à apporter des solutions pour la maîtrise des charges

L'Union des Cuma Pays de la Loire - section Maine-et-Loire a tenu son assemblée générale vendredi 26 janvier au Campus de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois