Aller au contenu principal

Période de levée pour l’herbe à éléphant

Le miscanthus, ou herbe à éléphant, connaît un fort développement ces dernières années. Mais qu’en est-il réellement de cette plante originaire d’Asie ?

Le miscanthus peut atteindre la hauteur de 4m.
Le miscanthus peut atteindre la hauteur de 4m.
© AA

La transition fut rapide pour Gaëtan Coutant. Cet agriculteur de Faveraye-Mâchelles  a arrêté sa production laitière, afin de se tourner vers le miscanthus, en 2012.


Une culture technique
« Je voulais me dégager du temps pour être avec mes enfants, et ne plus être pieds et poings liés aux tâches quotidiennes », témoigne l’agriculteur. Installé depuis 1996, à la suite de ses parents, il possédait un troupeau de montbéliardes, produisant 330 000 litres de lait. Seul à l’origine, il a été rejoint par sa femme en 2008, afin de créer l’EARL des Capucines. « J’avais lu un article sur le miscanthus, et ça m’avait intéressé. J’ai contacté une entreprise et je me suis lancé là-dedans », témoigne Gaëtan Coutant. Au départ, 30 ha sont plantés. Maintenant, ce sont 50 ha de miscanthus giganteus qui occupent l’agriculteur, parmi ses 90 ha. Le miscanthus est une plante qui a une image positive, comme étant simple à réaliser. Cependant, l’agriculteur a découvert que la technicité était importante, et que les rendements n’étaient pas toujours présents. La plantation des rhizomes s’effectue au mois d’avril, dans « des terres fines sur les 15 premiers cm ». Chez Gaëtan Coutant, le miscanthus a été planté à 20 000 pieds/ha. Une fois en place, la culture peut rester au moins une quinzaine d’années. Peu dépendant des traitements, le miscanthus ne requiert qu’un herbicide pré-levée, et éventuellement un second traitement un an après. « Le miscanthus pousse tellement que cela étouffe les autres plantes », détaille l’agriculteur. Et pour cause, un miscanthus peut gagner 1 à 3 cm par jour, et atteindre jusqu’à 4 mètres. La levée s’étale pendant 2 mois, de fin avril à fin juin. L En ce qui concerne la fertilisation, le miscanthus n’est pas gourmand. « Pas besoin d’azote. En revanche, du phosphore et du potassium permettent de mieux tenir la culture », confie Gaëtan Coutant. Pour le moment, l’agriculteur est satisfait de la levée, ce qui laisse augurer de beaux champs dans l’avenir. Sa crainte principale concerne la chaleur. « C’est une plante qui n’aime pas la chaleur, et j’ai peur qu’avec les sécheresses de plus en plus fréquentes la plante en pâtisse sur la durée ». Réputée pour être écologique, économique et facilement réalisable, le miscanthus n’est  pas une culture qui s’effectue à la légère, car l’investissement à l’implantation est lourd, et les mauvaises années se font rapidement ressentir.

 

Article complet dans l'Anjou Agricole du 5 juin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités