Aller au contenu principal

Moissons 2010
Petite récolte mais de grande qualité

Le rendement à la baisse est très hétérogène selon la qualité des terres. À la CAPL, le prix d’acompte en blé dur est annoncé à 150 €.

© S. RANDÉ - Réussir

Les moissons sont achevées depuis le week-end dernier et les premiers chiffres sont révélés par les collecteurs. La collecte - à la baisse générale - est très hétérogène entre les parcelles et d’une exploitation à l’autre. Par rapport à 2009, Terrena annonce une baisse de rendement de 5 à 20 % selon les terres et la CAPL une diminution de 10 % en volume, toutes récoltes confondues. Les coopératives s’accordent sur la qualité, notamment pour les blés où le poids spécifique est de 80. Le rendement moyen des blés tendres est de 57/60 q/ha (Terrena) et de 62/63 q/ha (CAPL) pour un TP de 11,5%. En revanche, la récolte de blés durs est décevante avec en moyenne 55 q/ha (- 20 % pour Terrena) et 50 q/ha (-13 q/ha pour la CAPL). Le PS, élevé, est supérieur à 80 et le TP est bon (15%). L’orge d’hiver ne dépasse pas les 55 q/ha en moyenne, voire 52/54 q/ha pour Terrena qui réalisait 8 quintaux de plus sur les trois dernières années.
En baisse dans le Maine-et-Loire (27 q/ha), la moyenne régionale des récoltes de colza est de 28 q/ha, selon FranceAgriMer. Elle pourrait être supérieur à 30 q/ha dans le grand ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Basse Normandie). « La récolte a créé une bonne surprise avec un rendement plutôt satisfaisant malgré des craintes climatiques.  Le colza tire son épingle du jeu avec un prix élevé », explique Jean Raimbault du Cetiom, le centre technique interprofessionnel des oléagineux métropolitains.

Mêmes tendances en région
Dans les Pays-de-la-Loire, les tendances sont similaires : baisse générale des récoltes et forte hétérogénéité entre les terres. « Cette moisson est une petite récolte avec une fourchette de rendement basse ou à trois chiffres, tout dépend de la qualité des terres. La baisse de volume est estimée de - 15 à 17% pour les céréales à paille où les terres situées à l’est de la Mayenne et au sud de la Loire ont souffert », explique Georges Pichard, responsable des grandes cultures à FranceAgriMer. L’établissement public atteste la bonne qualité des récoltes où « le PS des blés atteint des records de 86/87 par endroits ». Le stock de report - 358 000 tonnes au 1er juillet - est légèrement en hausse pour toutes les cultures excepté l’orge dont les surfaces cultivées, le rendement sont en baisse et les éleveurs l’utilisent pour leur autoconsommation pour pallier un manque de fourrage. Pour Georges Pichard, ce stock de report ne pose pas de problème car « les cours sont en augmentation ».

Julien Bernier

Un manque de paille en vue

Dans le département, les rendements sont à la baisse par rapport à - la bonne année - 2009. La qualité des céréales compense la récolte mais certaines exploitations risquent de manquer de fourrages.Dans le Segréen, les récoltes sont hétérogènes avec des rendements en diminution notamment les colzas et surtout pour les blés (- 15% pour une moyenne de 60 à 70 q/ha). Fabien Bossé s’attendait à un scénario plus catastrophique au vu des conditions climatiques. Désormais, l’inquiétude se tourne vers le maïs : « le manque d’eau sera plus dramatique que pour les céréales. »
Plus au sud, dans les Mauges, année « quasi normale » pour les blés. Les rendements sont hétérogènes, de 50 à 80 q/ha pour les bonnes terres à orge ou blés. La qualité est très bonne et le poids spécifique atteint 80 de moyenne. En ce qui concerne les fourrages, les rendements de paille sont en chute de 20 à 50 %. De plus, les agriculteurs qui ont connu une baisse de fourrages au printemps ne pourront pas compenser avec les maïs qui manquent d’eau.
Dans le Saumurois, les blés tendres affichent une baisse de 20 à 25 % avec en moyenne 50/60 q/ha et les blés durs plongent à 40/50 q/ha. Les céréales sont de qualité avec un taux de protéines au-dessus des normes et un PS de 78 à 83. Pour les orges d’hivers à six rangs, le rendement est de 40 à 70 q/ha et de 20 à 45 q/ha pour les deux rangs. Les récoltes de colzas sont en deçà de la moyenne (25/30 q/ha). La récolte de paille est certainement en chute de 30 % par rapport à la précédente saison.
Enfin sur le Baugeois, les rendements de blé tendre sont très hétérogènes pouvant descendre à 30 quintaux alors que la moyenne est de 60. Le PS est bon (78 à 80) mais certaines récoltes manquent de protéines. Les prix des blés sous contrat seront déclassés sous un taux de 10,5%. La baisse de rendement de l’orge est de 15 quintaux, celle du colza de 5 à 6 quintaux.


J. B.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités