Aller au contenu principal

Diversification
Peu connue, la silphie s’avère intéressante pour la méthanisation

Pour alimenter son méthaniseur, le Gaec des Fritillaires a implanté, l’année dernière, 2 hectares de silphie. La première récolte se fera à l’automne.

La parcelle de silphie implantée par Dominique Lebrun au printemps dernier est très hétérogène.

A Etriché, le Gaec des Fritillaires opère de nombreux changements sur l’exploitation. En cause, la conversion en bio. Les 3 associés élèvent des vaches laitières et un petit troupeau de limousines. Ils ont aussi un élevage de canards. Sur les 200 hectares de l’exploitation, 100 hectares sont en herbe et le reste est destiné à des cultures. Principalement du blé et du maïs. Les intercultures (sorgho/tournesol) servent à alimenter le méthaniseur de l’exploitation installé depuis septembre 2016. Avec la conversion, la part de culture va diminuer. « Cette année, par exemple, j’ai planté 16 hectares de luzerne... », explique Dominique Lebrun, l’associé en charge des cultures sur l’exploitation. Logiquement, La part des intercultures va baisser et les rendements aussi. A cela s’ajoute des étés de plus en plus secs qui compliquent une implantation rapide des intercultures après la récolte du blé. « Ces changements nous ont amenés à nous interroger sur l’implantation d’une nouvelle culture pour alimenter notre méthaniseur ». La ferme souhaite garder son autonomie sur l’alimentation de son unité de méthanisation. Le choix des associés s’est alors arrêté sur la silphie. C’est une plante vivace de la famille des perfoliées. Pérenne, elle a une durée d’exploitation connue entre 20 et 25 ans. Grâce à son profond système racinaire, la silphie a une bonne résistance à la sécheresse.
 

Un rendement estimé à 15 tMS/ha
Pour ce premier essai, le Gaec a semé 2 hectares de silphie sous couvert de maïs  au printemps 2020. « Début mai, j’ai semé la silphie avec un semoir à blé à 2 cm de profondeur avec une dose de  3 kg/ha. Puis j’ai implanté le maïs. » Le couvert de maïs a évité une année blanche sur la parcelle. Coût d’implantation de la culture ? 1 800 €/ha incluant les semences de silphie et de maïs. La culture demande peu d’entretien. « La culture est désherbée chimiquement uniquement l’année du semis puis elle ne nécessite plus d’intervention  ensuite », apprécie Dominique Lebrun. A cause d’un semis trop profond, la levée a été très longue. « J’ai vu des plantes lever jusqu’à l’automne ». Résultat, la parcelle est très hétérogène.
La silphie sera récoltée pour la première fois à l’aide d’une ensileuse avec un bec à maïs entre la mi-août et fin septembre. à cette époque, les pieds mesureront entre 1,80 m et 3,50 m. « A priori, quand la culture est bien implantée, les rendements sont estimés à 15 tMS/ha, précise l’agriculteur. Cette année, comme c’est une première, ils seront inférieurs ». Le but pour le Gaec étant d’avoir le plus de biomasse  possible pour alimenter le méthaniseur. D’après Silphie France, une production moyenne de 15 à 20 t de matière sèche par hectare produit 4 650 m3 de biogaz environ.
Pour le moment, la silphie n’est destinée qu’au méthaniseur. Mais les éleveurs ne s’interdisent pas de valoriser la culture pour l’alimentation animale. « Nous attendons d’avoir plus de retours d’expérience d’éleveurs avant de nous lancer. »
En fonction de la récolte à l’automne, le Gaec pourrait implanter 10 à 15 ha de silphie dans les prochaines années. Et pour réduire les coûts, « je réfléchis à faire mes semences moi-même... »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’automate simplifie l’alimentation des bovins et aussi des caprins
Lors d’un webinaire organisé par le Lely Center Cholet, le Gaec de la Lisière du bois a témoigné de son utilisation d’un robot…
Fermes en fête : le pari réussi des JA49
Après une trop longue période et un contexte qui n’a pas permis au réseau JA de se retrouver. Fermes en Fête relance la dynamique…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Terrena veut ouvrir l’ère de l’Agriculture à Impacts Positifs
L’AG de Terrena s’est déroulée mardi 15 juin, en présentiel au Centre des congrès d’Angers et avec une retransmission en live en…
Deux projets de loi cruciaux pour l’agriculture
FDSEA et JA  ont rencontré les parlementaires sur deux dossiers majeurs du moment examinés  par l’Assemblée nationale et le Sénat.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités