Aller au contenu principal

Energie
Photovoltaïque : de nouvelles opportunités pour les projets agricoles

Explications sur le nouvel arrêté appelé S21 fixant les conditions d’achat de l’électricité produite par des centrales photovoltaïques avec Etienne Sauvage, ingénieur et gérant du cabinet d'études Hacsé, spécialisé dans l’énergie solaire.

Aujourd’hui, la majorité des bâtiments agricoles équipés de panneaux photovoltaïques sont construits avec des dimensions similaires, environ 600 m2, ce qui correspond à la surface nécessaire pour 100 kWc.

Après de longs mois d’attente, la bonne nouvelle est enfin tombée ! Le nouvel arrêté tarifaire fixant les conditions d’achat de l’électricité photovoltaïque est paru le 6 octobre. Il facilite le développement des projets photovoltaïques sur les grandes toitures. Dorénavant, tous les projets de moins de 500 kWc (soit environ 3 000 m2) auront directement droit à un tarif d’achat d’électricité sans avoir besoin de passer par un appel d’offres (contre un seuil fixé à 100 kWc jusqu’à présent). L’autre bonne nouvelle, c’est le montant du tarif. Il est fixé à 9,8 cts d'€/kWh pour les installations photovoltaïques de moins de 500kWc, en vente sur la totalité ou du surplus d’électricité dans le cas de l’autoconsommation. « Avec une surface plus grande et ce tarif de rachat, le coût d’une nouvelle installation ramené au m2 est plus intéressant. Le modèle économique redevient plus confortable. Cela élargit les possibilités, notamment pour l’autoconsommation avec vente du surplus. Des projets plus divers vont pouvoir être développés », souligne Etienne Sauvage en charge du bureau d'études Hacsé, société d’expertise et d’ingénierie technique spécialisée dans l’énergie solaire.
Par contre, le tarif de 9,8 cts/kWh est plafonné. Au-delà de 1 100 kWh/kWc/an, il baissera à 4 cts/kWh. Coïncidence, dans le Maine-et-Loire, la moyenne de la production solaire est comprise entre 1 100 et 1 200 kWh/kWc/an. « Cette mesure est quasi sans conséquence pour les agriculteurs angevins qui souhaitent produire de l’énergie solaire. »

Des panneaux solaires sur des toitures Nord ?
Ce plafond pourrait aussi laisser place à de nouveaux types de projet. Aujourd’hui, tous les panneaux photovoltaïques sont installés dans des conditions optimales : plein Sud. « Dans des secteurs plus ensoleillés où le plafond serait dépassé sur des toitures plein Sud, comme en Vendée par exemple, on pourrait voir des installations sur des toitures Nord. Ce plafond va permettre de donner une nouvelle vie à des toitures peu considérées auparavant. »
Ce nouvel arrêté simplifie aussi la procédure de demande de raccordement. Pour rappel, Enedis est le seul organisme en charge de traiter les demandes de raccordement et de contrat d’achat. « Les délais d’instruction seront plus rapides normalement. Enedis ne se chargera plus que des aspects techniques. » Plus besoin de fournir de titre de propriété pour demander un devis auprès d’Enedis. « Dorénavant, l’agriculteur pourra attendre le devis d’Enedis pour faire les démarches foncières si celles-ci sont nécessaires. »
Nouveauté dans cet arrêté : pour les installations de plus de 100 kWc, les panneaux photovoltaïques devront présenter un bilan carbone inférieur à 550 kg eq CO2/kWc. « Cela signifie que les panneaux vont être 5 à 10 % plus chers et plus rares. En sachant qu’ils ne représentent que 40 % du coût global d’une installation. »
Etienne Sauvage prévoit, d’ailleurs, des difficultés d’approvisionnement en panneaux. Au vu du contexte, il conseille aux agriculteurs de ne pas se précipiter pour s’équiper ou s’engager sur des devis. « L’agriculteur doit attendre une date de raccordement, fournie avec le devis d’Enedis, pour s’engager sur l’achat de la centrale photovoltaïque. » Surtout que les délais risquent de s’allonger dans les prochains mois… « Cet arrêté était très attendu. Des milliers de projets attendaient dans les cartons. Malgré le flux de demandes au niveau national, Enedis gère pour le moment bien les choses, bien que des retards ne sont pas à exclure. Dans le meilleur des cas, un projet déposé en ce moment pourrait difficilement être mis en service avant l’été 2022. »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois