Aller au contenu principal

Contractualisation
Tous les acteurs doivent s’engager pour enclencler la mécanique des contrats

Pierre-Marie Caillaud, responsable du dossier viande bovine à la FDSEA 49, compte sur la mobilisation de tous les acteurs de la filière bovine. 

Pierre-Marie Caillaud
© AA

Quelle impression vous laisse le congrès de la FNB, à Aurillac, où la contractualisation était au cœur des débats ?
J’ai trouvé le congrès très positif, avec un ministre de l’Agriculture à l’écoute, qui a bien échangé avec la salle.  La contractualisation est la dernière chance pour la production bovine. Il est essentiel d’arriver à contractualiser, si l’on veut mettre un frein à la décapitalisation.


Comment accueillez-vous les réactions des négociants, comprenez-vous leurs réticences ?
Elles me heurtent un peu. Les négociants ont semble-t-il peur de perdre le côté négociation en cour de ferme...
Mais la juste rémunération est primordiale et il faut prendre garde à ce que les animaux ne s’en aillent pas au profit de la végétalisation. Les négociants ont toute leur part à prendre en allant négocier des prix auprès des abattoirs.


Que répondez-vous à ceux qui émettent des réserves sur l’opportunité de contractualiser en période de cours haussiers ?
Certes les cours sont à la hausse, mais les prix des matières premières augmentent. Je pense qu’au contraire c’est le moment de s’engager dans des contrats qui garantissent des prix planchers. La crainte de devoir décapitaliser un jour à cause d’accidents sanitaires, d’aléas climatiques ou autres ne doit pas non plus être un frein à l’engagement. Les contrats doivent prévoir des garanties en la matière pour protéger les éleveurs. Il est important que les contrats soient bien rédigés et que les éleveurs se fassent épauler par leur organisation de producteurs, leur syndicat...


Comment enclencher la mécanique et sur quelles bases de prix ?
Je souhaite que les groupements de producteurs portent la réforme et que des contrats puissent être signés entre les éleveurs et leurs premiers acheteurs. De vrais contrats, pas au rabais ! Il faut partir sur des prix constitués d’au moins 80 % de coût de production calculé par l’Idele. Sur les circuits courts, il faut viser le 100 % coûts de production.

Propos recueillis par S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois