Aller au contenu principal

Agriculture biologique
Plus de 600 visiteurs à la recherche d’efficacité technique et environnementale

La ferme de Thorigné-d’Anjou ouvrait ses portes le 14 mai pour décliner des solutions durables en dix ateliers.

Sur l’atelier “composer des prairies à flore variée”, les agriculteurs ont pu observer sur le terrain, comprendre les critères de choix et échanger entre eux.
Sur l’atelier “composer des prairies à flore variée”, les agriculteurs ont pu observer sur le terrain, comprendre les critères de choix et échanger entre eux.
© AA

Concilier efficacité économique et respect de l’environnement, c’est ce que la ferme de Thorigné-d’Anjou a su démontrer. « La ferme est à l’équilibre économique. Il y a dix ans, on supposait que notre système pouvait fonctionner. Aujourd’hui on en apporte la preuve », expliquait Jean-Paul Coutard, responsable de la ferme expérimentale. Ces preuves ont été déclinées au travers des 10 ateliers présentés lors de la journée portes ouvertes du 14 mai à Thorigné-d’Anjou. Bien que présentées sur une ferme en agriculture biologique, ces solutions s’adressaient à l’ensemble des visiteurs. « Sur 10 ateliers, 9 concernent aussi bien les agriculteurs bio que conventionnels », confirmait Vincent Houben, responsable de la filière bio pour les chambres d’agriculture des Pays de la Loire.

Un point de repère
Répartis sur l’ensemble de l’exploitation, les ateliers ont permis de développer des techniques précises avec des résultats convaincants, aussi bien au niveau agronomique que sur le plan zootechnique. Les axes se développaient sur quatre thématiques : sols et culture, troupeau allaitant, qualité et énergie. L’autonomie alimentaire des troupeaux est apparue comme le sujet phare au travers de la conférence organisée dans l’après-midi, qui a fait salle comble et sur les ateliers développant les prairies à flore variée et les céréales en mélange qui permettaient d’avoir une approche complète du sujet. Agriculteurs conventionnels, en conversion ou en bio, chacun y trouvait donc son compte.
« Concernant la conversion à l’agriculture biologique, les principaux freins sont techniques. Ils concernent tant le risque sanitaire pour les animaux que le salissement des cultures. Notre objectif aujourd’hui est, entre autre, de répondre à ces freins », soulignait Jean-Louis Lardeux gérant de la ferme de Thorigné-d’Anjou. « Pour le débouché, il y a aujourd’hui moins de problèmes. La création d’e-bio en 1991 qui associait des éleveurs aux structures (Geo et Terrena, etc…) en est un exemple. Elle a conditionné l’organisation de la filière viande bio dans le département. Elle permet une valorisation de la viande d’environ 20 % de plus qu’en méthode conventionnelle » complétait-il. Cette organisation a fait école. C’était l’objet de l’une des quatre conférences de la journée avec l’intervention de Jean-Marc Vincent, président d’Unebio, la société nationale qui fédère les producteurs de viande bio.
De l’amont à l’aval, la filière s’organise mais il ne faut pas aller trop vite, comme le précisait Christian Huet, président de la section Bio FRSEA : « Pousser des agriculteurs dans cette voie alors qu’ils ne sont pas prêts serait contre productif, il faut pouvoir les convaincre. La ferme de Thorigné est devenue un véritable point de repère grandeur nature en matière de technique plus économes. Ces dix années d’expérience donnent une image positive de la filière bio, c’est ce que nous souhaitons partager ». L’objectif semblait atteint à l’issue de cette journée qui a su mobiliser plus de 600 personnes.

S.P.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Le système lisier leur allège la tâche
Au Fief-Sauvin (Montrevault-sur-Evre), le Gaec des Mardreaux a choisi de passer d’un système logettes paillées à un système tout…
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités