Aller au contenu principal

FRUITS
Pommes : la cueillette moins précoce que prévu

La cueillette a commencé cette semaine, avec une dizaine de jours d’avance par rapport à l’année dernière. Les conditions climatiques de juillet ont tempéré la précocité de la récolte.

Chez Jean-Yves Fouin, arboriculteur à Champigné, la cueillette des pommes a commencé mardi. 
55 saisonniers sont déjà à pied d’œuvre. Ils seront près de 100 dans quelques jours.
Chez Jean-Yves Fouin, arboriculteur à Champigné, la cueillette des pommes a commencé mardi.
55 saisonniers sont déjà à pied d’œuvre. Ils seront près de 100 dans quelques jours.
© AA

En avril, le phénomène de chaleur précoce avait  accéléré la floraison des pommiers, laissant présager une récolte très précoce. Début juillet, les arboriculteurs lors de leur assemblée générale parlaient d’une récolte avancée de trois semaines, placée sous le signe de la quantité et de la qualité.
Si elle a commencé en fin de semaine dernière chez certains arboriculteurs, c’est plutôt cette semaine qui marque le lancement de la cueillette dans le département. Avec une dizaine de jours d’avance. La baisse des températures depuis le mois de juillet a en effet ralenti le développement des fruits. Et les arboriculteurs ne s’en plaignent pas : “Le temps a évolué dans le bon sens : il a freiné la maturité des fruits, en favorisant une bonne coloration”, souligne Bruno Dupont, président de la Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF).

Pas de problème de recrutement

Les producteurs avaient néanmoins anticipé la précocité de la récolte. Résultat : le recrutement de main-d’œuvre s’est plutôt bien déroulé dans l’ensemble. Chez Jean-Yves Foin, à Champigné, la cueillette a commencé mardi.  “Nous avons beaucoup de saisonniers qui reviennent d’années en années. Nous les avions avertis au moment des inscriptions en juin que le démarrage serait plus tôt cette année. Je m’attendais à ce que ce soit plus compliqué que ça, mais nous n’avons pas eu de souci particulier”, note-t-il. “Prévenus suffisamment en avance, les gens se sont arrangés pour être disponibles. Dans l’ensemble, les producteurs ont anticipé. Le syndicat avait fait passer le message très tôt. Tout est une question de communication”. Comme l’an passé, la récolte s’annonce avec des pointes de cueillette sur plusieurs variétés. La golden, l’antarès vont très vite emboîter le pas de la gala. Sans oublier les poires. “D’ici dix jours, la récolte va battre le plein chez tous les arboriculteurs”, estime Bruno Dupont. Le temps humide soulève toutefois quelques interrogations : s’il devait persister, il pourrait décourager certains saisonniers et entraîner des abandons à une période où les équipes devront être à leur maximum.
Alors que les volumes s’annoncent en légère augmentation (voir ci-dessous), mais “dans des normes acceptables” selon Bruno Dupont, les arboriculteurs seront attentifs au lancement de la campagne fin août. “Les premières mises en marché dans le Sud-Est n’ont pas été très bonnes, mais les premiers chiffres ne font pas toute une campagne”, précise le syndicaliste, en rappelant que la fin de campagne a été plutôt bonne. Les stocks sont vides. Seule ombre au tableau : la crise des fruits et légumes rend le climat un peu morose.

D. J.


Récolte

Pôle emploi a aussi avancé son calendrier de recrutement

Pôle emploi a diffusé cette année environ 500 offres d’emploi pour la cueillette des pommes, en anticipant aussi l’avancement de la récolte. Organisés tous les étés, les ateliers découverte sur la cueillette et les vendanges ont été avancés d’une quinzaine de jours. “Les ateliers qui ont lieu tous les mardi après-midi à l’agence de la Roseraie à Angers ont débuté le 5 juillet contre fin juillet  habituellement”, précise Muriel Renaud, directrice de l’agence Pôle emploi de la Roseraie. Ces ateliers consistent à la présentation du métier de cueilleur à travers un film d’une dizaine de minutes et à la mise à disposition des offres d’emploi du secteur. “Aujourd’hui, les équipes sont en place. Nous ne faisons plus que des inscriptions sur liste d’attente”. Afin de se rapprocher des demandeurs d’emploi, Pôle emploi a aussi organisé cette année des ateliers délocalisés à Tiercé, Durtal et Montreuil-Juigné. Sur le même
principe, des ateliers ont eu lieu cette semaine à Chalonnes-sur-Loire, Faye-d’Anjou et Brissac-Quincé pour les saisonniers intéressés par les vendanges.

PORTES OUVERTES

À l’initiative de l’Association nationale pommes poires (ANPP), deux vergers du département, un à Ambillou-Château, l’autre à Vernoil, vont accueillir le grand public ce week-end. Les aléas climatiques font que la  manifestation coïncide avec le début de la cueillette. “Nous avons pris un engagement, nous nous y tenons”, souligne Jean-Claude Moron, arboriculteur à Ambillou-Château, impliqué depuis plusieurs années dans la promotion de l’association. “L’objectif de ces journées est d’expliquer nos modes de production aux consommateurs, leur montrer que nous travaillons avec la nature. Et les rassurer sur les questions qu’ils peuvent se poser sur la conservation par exemple”, souligne-t-il. Au total, 43 vergers vont participer à cette première édition de l’opération ce week-end en France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Fermes en fête : le pari réussi des JA49
Après une trop longue période et un contexte qui n’a pas permis au réseau JA de se retrouver. Fermes en Fête relance la dynamique…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Terrena veut ouvrir l’ère de l’Agriculture à Impacts Positifs
L’AG de Terrena s’est déroulée mardi 15 juin, en présentiel au Centre des congrès d’Angers et avec une retransmission en live en…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Deux projets de loi cruciaux pour l’agriculture
FDSEA et JA  ont rencontré les parlementaires sur deux dossiers majeurs du moment examinés  par l’Assemblée nationale et le Sénat.
La hausse des prix et la pénurie des matériaux inquiètent
Acier, cuivre, matières plastiques, bois... Après une chute mondiale en 2020, les prix de ces matières premières connaissent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités