Aller au contenu principal

Pulvérisateurs
Pour une pulvérisation des vignes efficace et respectueuse de l’environnement

Le GDDV* a organisé une démonstration, en partenariat avec la FDCuma et des concessionnaires, au Château Princé, à Saint-Melaine-sur-Aubance.

Éviter de traiter le ciel et la terre. Tel est l’objectif des constructeurs des nouveaux matériels de pulvérisation viticoles. Les usagers sont encore loin de les atteindre. « L’ITV (Institut technique de la vigne et du vin) a estimé les déperditions de produit, avec un pulvérisateur pneumatique classique, entre 50 et 70 %, surtout sur les premiers passages, quand la végétation est peu développée », expliquait Clément Baraut, du GDDV, lors de la demi-journée technique que l’organisme organisait, la semaine dernière, et à laquelle une cinquantaine de viticulteurs ont participé. Cinq machines (Tecnoma, Lipco, Grégoire, Nicolas et Holder) ont été testées dans les vignes du Château Princé. Le vent assez fort ce jour-là a été l’occasion de rappeler quelques principes de base lors de l’application des traitements. « Il faut éviter de pulvériser sous une température supérieure à 20 °C et par temps de vent, car on risque l’érosion éolienne et le produit devient difficilement assimilable par la feuille. Au delà de
5 km/heure, il y a risque de dérive », a redit Gérard Besnier, spécialiste du centre de formation en machinisme de Nozay. Attention aussi aux vitesses trop rapides : « Plus on va vite, moins on cible de feuilles ». Un bon réglage du matériel évitera les deux écueils de la pulvérisation : des gouttelettes trop fines, qui augmentent le risque d’évaporation du produit dans l’atmosphère, et le ruissellement. Des techniques aident aujourd’hui à atteindre ces objectifs. Le Turbocoll, de Tecnoma, par exemple, avec son système de traitement face par face, avec un volume d’air réglable, permet de réduire les pertes par dérive. Il s’ajuste en hauteur au stade de
végétation. Le pulvérisateur à flux tangentiel de Holder favorise, lui aussi, la pénétration du produit au cœur de la végétation.                   S.H.
* Groupement départemental de développement viticole de Maine-et-Loire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Régis Baudouin
Face à l’ampleur des dégâts, il veut protéger tout son verger contre le gel
A Villebernier, l'arboriculteur Régis Baudouin estime avoir perdu plus de la moitié de sa production de fruits à cause des gelées…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités