Aller au contenu principal

Pourquoi s’encombrer quand on peut recycler ?

Cette semaine s’est tenue la collecte des films agricoles usagés, des ficelles et des filets.

A Noyant, la collecte de déchets de septembre a eu moins de succès que les autres. Mardi, seulement 2 agriculteurs avaient apporté leurs déchets à Geoffrey Même et Thierry Marandeau d’Anjou Négoce.
A Noyant, la collecte de déchets de septembre a eu moins de succès que les autres. Mardi, seulement 2 agriculteurs avaient apporté leurs déchets à Geoffrey Même et Thierry Marandeau d’Anjou Négoce.
© AA

Cette semaine était une semaine de grand ménage dans les fermes. Ficelles, filets, films de paillage, de serres, de petits tunnels,  des bâches d’ensilage et d’enrubannage. Tout pouvait être amené dans son site de collecte pour ensuite être recyclé. A Noyant, Anjou Négoce collecte les déchets des agriculteurs depuis 7 ans. Il ne collecte que ce qu’il vend : les bidons phyto, les sacs d’engrais et de semences, les filets, ficelles et les bâches ensilage. 4 collectes sont organisées.
« D’année en année, les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à participer à ces collectes », constate Thierry Marandeau, chauffeur du négociant en charge de la collecte. En moyenne, une cinquantaine d’exploitants viennent apporter leurs déchets. Anjou Négoce ne se contente pas de collecter. « Au moment du déchargement des saches, on vérifie le contenu. » Rien ne doit être mélangé. Pas de ficelles avec des filets, pas de bâches d’ensilage avec celles d’enrubannage... Ficelles et filets doivent être stockés dans des sacs Adivalor fournis par leur distributeur. « Lors de la collecte, on s’assure aussi que tout est relativement propre. » Sinon, si ces règles ne sont pas respectées, les saches ne sont pas collectés par la société de recyclage Adivalor. « Les chauffeurs sont de plus en plus exigeants quand ils viennent retirer les saches », souligne Thierry Maranbeau. D’une manière générale, les agriculteurs jouent bien le jeu. « On n’a plus trop à passer derrière eux. » Pourtant, le recyclage n’est pas encore entré dans les mœurs de tous. Puisque seulement 60 % des agriculteurs trient leurs filets, ficelles et bâches...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités