Aller au contenu principal

JA
Préparer les élèves aux démarches d’installation

En deux mois, 180 élèves ont rencontré des jeunes agriculteurs installés.

De février à mars 2009, dix visites de jeunes installés ont eu lieu, soit près de 180 élèves rencontrés en niveau de formation agricole terminale Bac pro, CCTAR, BPREA, BTS ACSE. L’objectif de l’action, “Demain je m’installe” organisée par Jeunes agriculteurs depuis plusieurs années, est de présenter et d’expliquer les démarches pour devenir agriculteur auprès des jeunes en fin de formation agricole en vue de leur propre installation. En se rendant sur une exploitation d’un jeune installé, les élèves ont la possibilité d’échanger et de démystifier les étapes de l’installation en partageant l’expérience de jeunes agriculteurs. Mardi 3 mars dernier sur l’exploitation de Maxime Lambert,  installé depuis deux ans à Bouillé-Ménard en production viande bovine et volaille fermière, les élèves en BPREA au CFPPA de Segré ont pu partager son expérience d’installation et celle de son futur associé, Aurélien Colas. Pascal Beloin, administrateur JA, en production viande bovine les accompagnait. Au cours de la visite, Maxime et Aurélien ont expliqué l’importance de prendre du recul par rapport au système d’exploitation existant lors d’une reprise. Dans la perspective de l’installation d’Aurélien, ils ont décidé de repenser et d’optimiser le système en place en mettant dans la balance les risques financiers et le temps à consacrer à la conduite de l’exploitation. 

« Il était important pour nous de valoriser au mieux nos productions ». Pour cela, ils ont opéré des choix stratégiques tels que le développement de la vente directe et une prochaine conversion de l’exploitation ­en agriculture biologique. Aujourd’hui, les deux futurs associés s’aperçoivent qu’ils peuvent « produire moins et gagner plus ».

Mûrir son projet

Maxime et Aurélien ont aussi mis en avant la nécessité de bien penser et mûrir son projet avant de s’installer et notamment sur les aspects économiques : « Il est important de bien penser au montant de reprise et d’avoir conscience des valeurs économiques d’une exploitation en chiffrant le plus tôt possible son projet », conseille Maxime. Pour Pascal Beloin, « il ne faut pas hésiter à prendre une année de réflexion avant de s’installer ».

M.M.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités