Aller au contenu principal

Parole de jeunes
Produire du lait en famille

Romain Montron, 31 ans, s’est installé comme agriculteur à Daumeray, en novembre 2016. Sa femme Sophie, 32 ans, actuellement conjointe collaboratrice, deviendra son associée l’an prochain.

Romain et Sophie Montron et leurs enfants. Romain n’est pas issu du milieu agricole. Les parents de Sophie, eux, sont agriculteurs à la retraite.
© AA

C’était la seule visite d’exploitation qu’ils ont faite via le RDI*, et c’était la bonne. Au printemps 2015, Romain et Sophie Montron sont venus rencontrer Bernard et Marie-Jeanne Pessard, qui cherchaient à vendre leur ferme. Entre le couple et ses futurs cédants, le courant est tout de suite passé. Le site correspondait aux attentes de Romain et Sophie : «  une ferme nickel, bien agencée, et où nous avons pu reprendre la maison d’habitation », racontent-ils. « Les cédants nous ont facilité les choses, car ils étaient vraiment dans l’optique que leur activité soit reprise », souligne Sophie. Dans un premier temps, Romain a cessé son travail de salarié dans une exploitation sarthoise et s’est installé, fin 2016. Sophie travaillait encore à ce moment-là dans la vente. Depuis 2019, elle est conjointe collaboratrice et va s’installer l’an prochain.


Développer les volumes laitiers
L’exploitation s’étend sur 130 hectares, avec deux productions animales : la principale est un atelier laitier avec 68 vaches en production, dont le lait est livré à la laiterie Bel, en cahier des charges APBO (Association des producteurs Bel Ouest). Un élevage de prim’holstein de très bon niveau génétique, avec des vaches à 10 000 litres de lait. Elles sont inséminées par l’éleveur lui-même, avec 100 % de doses importées des états-Unis par la Bovec. « L’insémination, c’est une compétence que j’ai acquise grâce à mon cédant, explique Romain. C’était un des premiers éleveurs inséminateurs du département. Il m’a donné l’idée de le faire également, et je suis allé me former dès mon installation ». La deuxième production animale est un atelier d’engraissement de 320 porcs sur paille pour la coopérative Agrial, voué à disparaître prochainement. Le projet du jeune couple est, en effet, de se concentrer désormais sur la production laitière, qui s’est déjà beaucoup développée depuis leur arrivée. En 2016, l’exploitation produisait 345 000 litres. 150 000 litres ont été attribués à Romain Montron à son installation, puis des ajouts successifs ont pu être réalisés chaque année, par la gestion des volumes additionnels, pour arriver à une référence de 546 000 litres à ce jour.
Cet accroissement de la production s’est réalisé uniquement par croît interne, le cheptel passant de 37 vaches à l’origine à 68 aujourd’hui. « à présent, notre objectif est de passer à 75-80 vaches, puisqu’à l’installation de Sophie, un nouveau volume de 150 000 litres sera attribué », explique le jeune agriculteur. Pour parvenir à loger ces nouvelles vaches, la stabulation va être élargie. « Là aussi, le rôle du cédant a été précieux, ajoute-t-il. Il avait fait reborner le terrain pour que l’on puisse si l’on voulait faire une extension de bâtiment. Il avait anticipé les choses ».

S.H.
*Répertoire départ installation de la Chambre d’agriculture.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 23 septembre 2022.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois