Aller au contenu principal

Interview
Professionnaliser le remplacement

David Poupard est élu président de la Fédération départementale des services de remplacement.

David Poupard, 36 ans, 
est producteur de lait 
à La Boutouchère.
David Poupard, 36 ans,
est producteur de lait
à La Boutouchère.
© AA

La FDSR a, de nouveau, un président. David Poupard, jusqu’ici vice-président, a été élu mardi soir à la tête de la Fédération départementale des services de remplacement.

Depuis juin dernier, il assurait l’intérim de la présidence vacante avec Vincent Philippeau, également vice-président. Depuis quand êtes-vous engagé dans les services de remplacement ?
David Poupard : Je suis producteur de lait en Gaec à trois à Saint-Florent-le-Vieil. Depuis mon installation, il y a dix ans, je suis adhérent au SR. Je préside le groupement de l’Evre, qui regroupe les cantons de Saint-Florent-le-Vieil, Champtoceaux et Montrevault. Je suis entré au bureau de la FDSR il y a huit ans.

Comment se portent les services de remplacement ? La demande est en constante croissance. En 2008, l’activité a encore augmenté de 7,38 % par rapport à 2007, ce qui représente 13 735 journées effectuées, par 62,5 ETP (Équivalents temps plein). Rappelons qu’en 1998, nous étions à 5 407 journées, c’est dire la progression réalisée… Le crédit d’impôt pour congé décidé en 2006 a amplifié la demande et le motif “vacances” représente aujourd’hui 32 % de l’activité. Mais ce crédit doit normalement prendre fin en fin 2009. Sa reconduction est un enjeu considérable sur lequel nous allons travailler avec la FDSEA et les JA.

Les projets de la FDSR pour 2009 ? Nous souhaitons augmenter le nombre d’agents permanents, en le passant de 16 à 20. Cela afin de sécuriser le service auprès des adhérents et aussi de faciliter le travail des responsables de plannings, chez qui nous constatons un essoufflement. Nous fonctionnons en effet avec la même organisation depuis dix ans, avec deux à trois fois plus de journées de remplacement à gérer… Nous prévoyons donc de restructurer les groupements en les réduisant de 9 à 4, et de professionnaliser la gestion de planning. Sur le modèle de l’expérience menée sur le pays choletais (voir ci-dessous), et qui donne satisfaction. Nous réfléchissons à un fonctionnement avec une ou deux personnes dédiées au planning, par groupement, à temps partiel. Ce travail pourrait être effectué par des femmes d’exploitants. Propos recueillis par S.H. La prochaine assemblée générale (élective) de la FDSR se tiendra le 31 mars.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’automate simplifie l’alimentation des bovins et aussi des caprins
Lors d’un webinaire organisé par le Lely Center Cholet, le Gaec de la Lisière du bois a témoigné de son utilisation d’un robot…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Savoir faire preuve d’opportunisme pour sécuriser ses fourrages
Eleveur de vaches laitières en bio au Louroux-Béconnais, Fabien Leprêtre cultive depuis longtemps du méteil pour l’ensilage.…
Un, deux, trois... ou zéro fongicides ?
Mercredi 2 juin, la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire a organisé une visite d’un essai variétés blé tendre x fongicides…
Peu connue, la silphie s’avère intéressante pour la méthanisation
Pour alimenter son méthaniseur, le Gaec des Fritillaires a implanté, l’année dernière, 2 hectares de silphie. La première récolte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités