Aller au contenu principal

Festi’Élevage
Promouvoir la production caprine angevine

Le concours inter-régional caprin se prépare activement.

Myriam Baumard et Samuel Tranchant font partie du 
comité d’organisation du concours inter-régional 
caprin.
Myriam Baumard et Samuel Tranchant font partie du
comité d’organisation du concours inter-régional
caprin.
© AA

“On a hâte d'y être". Installés en 2010, Myriam Baumard et Samuel Tranchant, de l'EARL Les Brunettes, seront présents à Festi’Élevage. Le couple est largement impliqué dans le concours inter régional caprin qui s'y déroulera en septembre prochain. Ils font partie, avec une dizaine d'autres éleveurs, du comité d'organisation. Impliqués
et indirectement concernés puisque les deux jeunes éleveurs de Vezins ne présenteront pas d'animaux. Leur cheptel de 300 alpines est indemne de Caev (arthrite encéphalite virale caprine) et ils ne veulent pas prendre le risque de voir leurs animaux contaminés. Fille et petit-fils d'agriculteurs, ils ont repris une exploitation de viande bovine, ont aménagé une chèvrerie, des nurseries et une salle de traite dans les bâtiments qui accueillaient auparavant les charolaises et ont continué la production de volailles (pintades) avec
Gastronome. "C'est l'activité volaille qui a fait que la banque a suivi", relate Samuel.
Festi’Élevage n'est pas pour eux une manifestation inconnue. Ils y ont participé lors de la formation Cecetar qu'ils ont suivie au CFP de Jallais. "Trois jours avec les vaches", se souviennent-ils. Et une formidable ambiance entre les éleveurs. Myriam, elle, y va depuis qu'elle est toute petite. "C'était la sortie de la rentrée", raconte la fille d'éleveurs laitiers de Saint- Georges-des-Gardes.
Si leurs jolies brunettes ne concourront pas au Festival, pour autant, c'est avec enthousiasme qu'eux participent aux réunions de préparation et mettent au point les modalités d'accueil et de déroulement du concours. La perspective de cette rencontre les réjouit. Au total, 9 départements devraient participer et d'ores et déjà une centaine de chèvres est inscrite. "On veut tout faire pour que ce concours soit attractif et intéresse à la fois les éleveurs et le grand public", relate Myriam Baumard. "Festi’Élevage, c'est l'occasion de faire connaître nos productions et de communiquer". C'est bien ce qu’ils ont l’intention de faire à Chemillé, les 3 et 4 septembre prochains.

M. L.-R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités