Aller au contenu principal

Formation
Qualité de pulvérisation : une formation sur le terrain

Alexandre, diplômé d’un BTS agricole, s’est installé en 2015 à Saint-Vincent-des-Landes (44) sur 170 ha cultivés en blé, colza, tournesol et maîs. Il n’avait jamais eu l’occasion de participer à une formation pratique sur le thème de la pulvérisation, formation à laquelle il a participé en 2017.

Avant cette formation, comment avez-vous appris les fondements de la pulvérisation ?
Durant mon cursus scolaire, nous avons bien sûr eu l’occasion de voir le fonctionnement du pulvérisateur mais jamais en pratique sur le terrain comme lors de la formation. C’est d’ailleurs un gros manque, dans les formations scolaires, de ne pas voir plus en détail le fonctionnement de ce matériel qui est si important sur une exploitation agricole. C’est donc sur le tas, comme une grande majorité des agriculteurs, que j’ai appris à me servir de mon pulvérisateur.

Pourquoi avoir voulu participer à cette formation ?
Au moment de la formation, j’utilisais un pulvérisateur porté 1 800 l d’occasion. Mal équipé et vieillissant, ce matériel ne correspondait pas à ce que je souhaitais faire. Je voulais changer mes pratiques, diminuer les doses de produit et le volume de bouillie. Mais je ne savais pas quel matériel utiliser, ni quel volume de bouillie appliquer. Je fais partie d’un groupe culture de la Chambre d’agriculture depuis 2016 et c’est ma conseillère qui m’a parlé de cette formation.

Que vous a apporté la formation ?
Souhaitant diminuer le volume de bouillie, je voulais savoir quel calibre de buse je devais utiliser, mais surtout comprendre comment se fait ce choix pour être autonome. Le type de buse est également très important mais il existe une telle offre sur le marché qu’il est difficile de s’y retrouver. Aujourd’hui, j’utilise un pulvérisateur récent en Cuma, trainé et d’une capacité de 3 200 l. Nous l’avons équipé de plusieurs jeux de buses nous permettant de réaliser une bonne qualité d’application en fonction du type de traitement que l’on veut faire. Trois autres agriculteurs utilisent également ce pulvérisateur. Et depuis ma participation à la formation, ils ont également changé leurs pratiques, notamment en diminuant les volumes de bouillie.

Quels sont les points forts de cette formation ?
Cette formation est très axée sur la technique et sur la pratique. Lors de la demi-
journée sur le terrain, nous avons pu tester plusieurs buses sur des pulvérisateurs présents à la formation. Réalisés devant nous sur des papiers hydro-sensibles, ces tests sont très parlants et très intéressants, on voit tout de suite le résultat de la qualité de pulvérisation.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Valérie, Baptiste et Dominique Lebrun sont associés dans l'entreprise Ek'o save water.
Ek'o économise l'eau sous la douche
Ek'o save water a créé un système de robinetterie qui économise l'eau sous la douche. Les associés ont reçu une médaille d'or et…
Simon et Didier Trovalet, devant le nouveau siège social, en construction à l'entrée de Saint-Augustin des Bois. L'entreprise investit 2 millions d'euros dans sa réorganisation interne.
Prefakit construit
son avenir
Marchés en plein développement, recrutements, et bientôt nouveau siège social. Implantée à Saint-Augustin des Bois depuis 77 ans…
Sébastien Ferrard, du Gaec du Pâtis Candé. Sur cette parcelle sableuse, auparavant en prairie, l'agriculteur a pu semer un maïs à indice 270-300.
Des chantiers décalés par les pluies
Les semis de maïs devraient pouvoir reprendre en fin de semaine. Certains agriculteurs ont pu déjà semer fin avril début mai,…
Lundi 22 avril, Claude Thouin a implanté de la lentille verte, du pois chiche et de l'œillette. Ces trois cultures sont sous contrat avec la CAPL.
À Bécon, Claude Thouin se diversifie avec des cultures de niche
Faute d'avoir pu implanter toute sa surface de céréales à l'automne, Claude Thouin a choisi de diversifier son assolement en…
Christian Suteau conduit un troupeau de 30 Normandes sur une SAU de 65 ha, majoritairement en herbe.
Il achète de la paille, craignant une pénurie à la récolte
Christian Suteau achète tous les ans environ 50 t de paille à un voisin pour compléter la production de son exploitation. Cette…
Élections européennes : ne nous laissons pas tenter par l'abstention

A un mois du vote prévu le 9 juin, que dire aux citoyens, et aux agriculteurs en particulier, qui sont…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois